La Grèce adopte la définition officielle de l’antisémitisme de l’IHRA
Rechercher

La Grèce adopte la définition officielle de l’antisémitisme de l’IHRA

La définition de l'IHRA renvoie à un texte adopté en mai 2016 par 31 pays

Photo d'illustration : Des enfants mettent des fleurs sur un site de commémoration de la Shoah en souvenir des persécutions des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale à Thessalonique, en Grèce, le 27 janvier 2013 (Crédit : AP Photo/Nikolas Giakoumidis)
Photo d'illustration : Des enfants mettent des fleurs sur un site de commémoration de la Shoah en souvenir des persécutions des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale à Thessalonique, en Grèce, le 27 janvier 2013 (Crédit : AP Photo/Nikolas Giakoumidis)

JTA — La Grèce va adopter la définition de l’antisémitisme mise au point par l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance), a annoncé son Premier ministre.

La définition élaborée par l’IHRA comprend une description globale de l’antisémitisme sous ses formes variées – avec notamment la haine et les discriminations contre les Juifs, le déni de la Shoah et, de manière plus controversée parfois, la manière dont l’antisémitisme peut être lié à certaines critiques de l’Etat juif.

C’est le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis qui a fait cette annonce vendredi au cours d’une réunion à son bureau avec le président du Bureau central des communautés juives de Grèce, David Saltiel, et le chef de la délégation grecque à l’IHRA, le docteur Efstathios Lianos Liantis, a fait savoir le journal Ekathimerini.

Mitsotakis avait assigné la supervision du projet et la coordination et la surveillance de l’intégration des définitions de l’IHRA dans les lois et le système d’enseignement national au vice-président du pays, Panagiotis Pikrammenos.

Liantis est membre-fondateur du musée de la Shoah en Grèce. Au mois d’avril, il avait été nommé envoyé spécial d’Athènes dans la lutte contre l’antisémitisme et la préservation de la mémoire de la Shoah.

La définition de l’IHRA renvoie à un texte adopté en mai 2016 par 31 pays.

« L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs, qui peut s’exprimer par de la haine envers les Juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme sont dirigées vers des personnes juives ou non juives, et/ou leurs biens, vers les institutions communautaires ou lieux de culte juifs », indique ce texte rédigé en anglais.

Une annexe inclut notamment que le fait de « nier aux Juifs leur droit à l’auto-détermination, par exemple en affirmant que l’existence d’un Etat israélien est (…) raciste ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...