Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

La Knesset rejette trois motions de défiance à l’encontre du gouvernement Netanyahu

"Avec ce gouvernement, nous ne gagnerons pas la guerre", a déploré Lapid, avant le vote de la motion de son parti, qualifiant les élus du cabinet de "négligents et non professionnels"

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid dirigeant une réunion de son parti Yesh Atid, à la Knesset, à Jérusalem, le 20 mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid dirigeant une réunion de son parti Yesh Atid, à la Knesset, à Jérusalem, le 20 mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Trois motions de défiance contre le gouvernement, déposées par les partis d’opposition Yesh Atid, Avoda et l’alliance arabe radicale Hadash-Taal, ont été rejetées lundi lors de la séance plénière de la Knesset de lundi, faute d’avoir obtenu la majorité nécessaire.

« J’ai lu la lettre que les membres du Likud signent en ce moment contre le décret de La Haye visant à déposer un mandat d’arrêt contre le Premier ministre israélien. Apportez-la, nous la signerons. Ce sera à la fois un document de la coalition et de l’opposition. Mais où est la lettre de tous les membres du Likud disant que nous n’aurons de cesse pour que tous les otages ne rentrent chez eux ? Où est la lettre de tous les membres du Likud qui disent que nous ramènerons les habitants du nord avant le 1er septembre ? », a demandé le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, avant le vote de la motion de son parti.

« Avec ce gouvernement, nous ne gagnerons pas la guerre », a-t-il déclaré, qualifiant les membres du gouvernement de « négligents et non professionnels ».

Cent six législateurs de la Knesset sur 120, de droite comme de gauche, ont signé lundi une lettre condamnant la décision du procureur général de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, de demander des mandats d’arrêt contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant au sujet de la guerre contre groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

Le texte a été lu à haute voix par le président de la Knesset, Amir Ohana (Likud).

« L’État d’Israël mène une guerre juste contre un groupe terroriste criminel. Tsahal est l’armée la plus morale au monde. Nos soldats héroïques se battent avec un courage et une morale inégalés, conformément au droit international, comme aucune autre armée ne l’a jamais fait », peut-on lire dans la lettre.

« La comparaison scandaleuse du procureur de La Haye entre les dirigeants d’Israël et les chefs du groupe terroriste du Hamas est un crime historique indélébile et une manifestation évidente d’antisémitisme. »

Comparer l’État démocratique d’Israël, qui « défend les droits de l’Homme et se bat » et se défend lui-même, aux terroristes du Hamas qui « ont kidnappé, massacré, brûlé et violé ses citoyens » est une « distorsion » que les Israéliens « rejettent avec dégoût ».

« Quatre-vingts ans après la Shoah, personne ne liera les mains de l’État juif [pour l’empêcher] de se défendre », peut-on lire dans la lettre.

Alors que des manifestations anti-gouvernement faisaient rage à l’extérieur, des parents d’otages détenus par des terroristes palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza se sont heurtés à des députés lors de sessions de commissions de la Knesset ce lundi, les accusant de ne pas en faire assez pour faire libérer leurs proches et dénonçant les mauvais traitements que leur infligeraient les autorités et les hommes politiques.

124 otages enlevés par le Hamas lors de l’assaut sauvage du 7 octobre sont encore à Gaza, dont 34 seraient morts selon les autorités israéliennes après que 105 civils ont été libérés des geôles du Hamas lors d’une trêve d’une semaine fin novembre, et que cinq otages ont été libérées avant cela.

Trois otages ont été secourus par les troupes, et les corps de onze otages ont été retrouvés, dont trois ont été tués par erreur par l’armée.

Le Hamas détient aussi les corps sans vie de deux soldats tués au combat en 2014 dans la bande, Oron Shaul et Hadar Goldin. Il garde aussi en captivité deux civils, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient encore en vie. Ils avaient été capturés après être entrés dans la bande de leur propre gré, en 2014 et en 2015 respectivement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.