La liste noire de l’ONU des entreprises installées dans les implantations progresse
Rechercher

La liste noire de l’ONU des entreprises installées dans les implantations progresse

Alors que les nations de l'Union européenne se sont opposées à la création de la liste, elles n'ont pas voté contre la résolution, en choisissant seulement de s'abstenir

L'ambassadeur israélien à l'ONU Danny Danon lors d'une conférence anti-BDS au siège des Nations Unies à New York, le 17 novembre 2016. (Crédit : Harel Rintzler)
L'ambassadeur israélien à l'ONU Danny Danon lors d'une conférence anti-BDS au siège des Nations Unies à New York, le 17 novembre 2016. (Crédit : Harel Rintzler)

La Cinquième Commission de l’Organisation des Nations unies devrait décider la semaine prochaine s’il convient d’allouer des fonds pour qu’une proposition du Conseil des droits de l’Homme visant à créer une « liste noire » d’entreprises opérant en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans le plateau du Golan soit mise en œuvre.

La motion du Conseil des droits de l’Homme a été adoptée en mars, avec aucun pays qui n’a voté contre.

La résolution exige que les responsables des droits de l’Homme de l’ONU établissent une base de données de « toutes les entreprises commerciales » qui ont pu ou ont déjà bénéficié de la croissance des implantations israéliennes, a rapporté Haaretz.

La proposition, présentée par l’Autorité palestinienne et les Etats arabes, comprenait une condamnation des implantations et appelait les entreprises à ne pas faire affaire avec les implantations israéliennes.

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Danny Danon, a exprimé sa préoccupation à l’égard de la prochaine décision de la Cinquième Commission et a déclaré que l’Etat juif avait formulé un ensemble de mesures pour lutter contre le vote, a signalé Israel Hayom.

« Nous ne resterons pas silencieux face à cette mesure honteuse », a déclaré Dannon, « la volonté des Nations unies d’établir une liste noire des entreprises juives et des entreprises liées à Israël et de les boycotter rappelle des périodes obscures de l’Histoire », a-t-il ajouté.

« On sait que le Conseil des droits de l’Homme est devenu un organe antisémite et anti-israélien, mais cela ne peut pas être possible que l’ONU continue à contribuer à ce processus surréaliste ».

Alors que les nations de l’Union européenne se sont opposées à la création de la liste, elles n’ont pas voté contre la résolution, en choisissant seulement de s’abstenir. Elle a été adoptée avec 32 pays qui ont voté en faveur de la résolution et 15 qui se sont abstenus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...