La Lituanie interdit le Hezbollah après l’explosion à Beyrouth
Rechercher

La Lituanie interdit le Hezbollah après l’explosion à Beyrouth

Citant des renseignements israéliens, Vilnius explique que le groupe, soutenu par l'Iran, "utilise des moyens terroristes qui menacent la sécurité d'un certain nombre de pays"

Un partisan du Hezbollah scande des slogans en brandissant le drapeau de l'organisation durant une manifestation contre l'intervention américaine dans les affaires du Liban, près de l'ambassade des Etats-Unis à Aukar, au nord-est de Beyrouth, le 10 juin 2020 (Crédit :  AP Photo / Hussein Malla)
Un partisan du Hezbollah scande des slogans en brandissant le drapeau de l'organisation durant une manifestation contre l'intervention américaine dans les affaires du Liban, près de l'ambassade des Etats-Unis à Aukar, au nord-est de Beyrouth, le 10 juin 2020 (Crédit : AP Photo / Hussein Malla)

La Lituanie a annoncé, jeudi, qu’elle interdirait dorénavant l’entrée sur son sol de toute personne affiliée au Hezbollah, organisation terroriste libanaise soutenue par l’Iran.

« Après avoir pris en considération les informations acquises par nos institutions et par nos partenaires, nous pouvons conclure que le ‘Hezbollah’ utilise des moyens terroristes qui représentent une menace pour la sécurité d’un nombre significatif de pays, notamment de la Lituanie », a déclaré dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères de ce pays balte, Linas Linkevičius.

La décision d’interdire l’entrée sur le territoire à toute personne en lien avec le Hezbollah est valable pour dix ans. Elle a été prise par le département lituanien des migrations sur la base d’informations qui ont été en partie transmises par Israël sur l’implication des agents du groupe dans des activités considérées comme « une menace pour les intérêts sécuritaires nationaux du pays », a noté le ministère des Affaires étrangères à Vilnius.

« Nous apprécions la réussite de la coopération entre les agences de sécurité nationales lituanienne et israélienne. Nous sommes reconnaissants à l’égard de ces institutions pour le travail significatif qu’elles ont effectué pour garantir la sécurité de nos citoyens », a expliqué Linkevičius.

Jérusalem a salué la décision prise par Vilnius et invité les autres nations européennes à lui emboîter le pas.

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a appelé Linkevičius dans la journée de jeudi, le félicitant pour l’interdiction du Hezbollah et de toutes ses branches – notamment de sa soi-disante « aile politique ».

« Cette décision est importante et elle est évidente en elle-même, et c’est une bonne chose qu’il y ait un consensus à ce sujet dans un grand nombre de nations européennes », a-t-il dit.

Auparavant, de nombreux pays européens n’avaient reconnu comme entité terroriste que « l’aile armée » du groupe tout en dialoguant avec sa branche politique – malgré les avertissements des experts qui avaient mis en garde face au caractère artificiel de cette distinction, que l’organisation elle-même n’applique pas.

« Le Hezbollah est une organisation terroriste qui règne par la terreur sur de larges parties du Liban et qui a transformé ces régions en les plaçant sous les auspices de l’Iran tout en prenant en otages les citoyens et les systèmes économique et politique », a commenté Ashkenazi.

Le ministère des Affaires étrangères lituanien n’a pas mentionné explicitement dans son communiqué la mise hors-la-loi du Hezbollah dans son intégralité.

Une vue aérienne partielle, le 7 août 2020, du port de Beyrouth et du cratère causé par l’explosion colossale, trois jours plus tôt, d’un énorme tas de nitrate d’ammonium qui avait croupi pendant des années dans un entrepôt portuaire, a fait des dizaines de morts et de blessés et a causé des ravages dans la capitale libanaise. (AFP)

Cette décision de passage à l’action contre le Hezbollah survient neuf jours après une explosion massive qui a eu lieu dans le port de Beyrouth, et qui a tué plus de 150 personnes et détruit de larges parts de la capitale libanaise. Le Hezbollah dément toute responsabilité pour cette explosion qui a été entraînée par 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium – un produit chimique qu’il aurait prévu d’utiliser pour commettre des attentats terroristes dans le monde entier.

Certains manifestants libanais ont accusé le Hezbollah d’être responsable de l’explosion du 4 août.

La Lituanie a récemment fourni 50 000 dollars en aide humanitaire au Liban suite à la déflagration meurtrière.

« Il est important de noter que nous apportons notre soutien à la population pacifique au Liban, ainsi que son souhait de voir des réformes nécessaires mises en oeuvre dans le pays », a expliqué jeudi Linkevičius.

En interdisant le Hezbollah, la Lituanie rejoint le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Allemagne, les Pays-Bas et plusieurs Etats sunnites.

La silhouette en carton du leader du Hezbollah Hassan Nasrallah est suspendue à un nœud coulant lors d’une manifestation à Beyrouth, le 8 août 2020, suite à l’explosion meurtrière dans la capitale libanaise. (Capture d’écran : Twitter)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...