Rechercher

La mairie veut relancer un immense projet immobilier à Jérusalem Est

La ville de Jérusalem devrait approuver la construction de 10 000 logements destinés à des Juifs ultra-orthodoxes

Un bulldozer sur un site de construction dans le quartier Har Homa de Jérusalem Est, le 19 mars 2014. Illustration. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Un bulldozer sur un site de construction dans le quartier Har Homa de Jérusalem Est, le 19 mars 2014. Illustration. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

La municipalité de Jérusalem semble prête à relancer un projet de construction de 10 000 appartements destinés à des Juifs orthodoxes à Jérusalem Est, a annoncé mardi la Dixième chaîne.

Si ce projet est lancé, il serait le plus grand projet immobilier situé à l’est de la Ligne verte de ces dernières années, qui représente une période où Israël a subi une pression internationale importante pour cesser les constructions en Cisjordanie et à Jérusalem Est.

Les bâtiments toucheront des logements palestiniens dans une section d’Atarot, localisé dans le nord de la capitale, près de Ramallah. Cette zone constituait autrefois l’aéroport de Jérusalem, et est à présent occupé par un grand complexe industriel.

La Dixième chaîne a indiqué que le ministre du Logement Yoav Galant (Koulanou) était favorable au projet d’Atarot que la mairie de Jérusalem devrait approuver avant Yom Yeroushalaim, le 23 mai.

Le projet avait été gelé pendant le mandat de l’ancien président américain Barack Obama, qui a vivement critiqué la politique de construction israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem Est.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Le président Donald Trump est perçu comme plus conciliant sur le sujet que son prédécesseur, mais a néanmoins déclaré qu’il ne considérait pas que les implantations étaient « une bonne chose pour la paix », et il a demandé aux Israéliens de ralentir la construction dans les implantations.

Israël, qui a annexé Jérusalem Est après la guerre des Six Jours de 1967, et la considère comme appartenant à sa capitale indivisible, ne considère pas que la construction dans la ville est une « implantation ».

Les responsables de la mairie et du ministère du Logement se sont rencontrés pour faire avancer le projet.

Dans un communiqué, la ville a précisé qu’elle n’avait pas encore décidé de comment utiliser la zone de l’aéroport d’Atarot, et qu’elle examinait plusieurs options.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dit le mois dernier qu’il ne « négocierait » pas une pause de la construction de nouveaux logements dans les quartiers juifs de Jérusalem Est.

En mars, pendant une visite en Chine, il avait dit aux journalistes que, même s’il travaillait à la conclusion d’un accord avec l’administration Trump sur la construction dans les implantations en Cisjordanie, les restrictions sur la construction à Jérusalem Est ne sont pas admissibles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...