La Maison Anne Frank avait interdit à un employé de porter la kippa
Rechercher

La Maison Anne Frank avait interdit à un employé de porter la kippa

Barry Vingerling explique que la direction lui a indiqué que les symboles religieux n'étaient pas en accord avec les exigences de "neutralité" du musée

Barry Vingerling, employé de la Maison d'Anne Frank. (Facebook)
Barry Vingerling, employé de la Maison d'Anne Frank. (Facebook)

Pendant les six premiers mois de travail, la Maison d’Anne Frank à Amsterdam aurait interdit à un employé juif de porter une kippa.

Selon un article publié jeudi dans l’hebdomadaire juif néerlandais NIW, Barry Vingerling, âgé de 25 ans, a reçu l’ordre de retirer sa kippa lorsqu’il s’est présenté à son premier jour de travail au musée.

Les responsables du musée ont expliqué que la Maison d’Anne Frank avait pour politique de ne pas autoriser le port de symboles religieux qui porteraient atteinte à leurs efforts de « neutralité », a expliqué Vingerling à NIW.

« Je travaille dans la maison d’Anne Frank, qui a dû se cacher à cause de son identité. Dans cette même maison, je devrais cacher ma propre identité ? » a-t-il demandé.

Le jeune juif orthodoxe ne portait pas de kippa lors de son entretien, mais il a expliqué qu’il était important pour lui de le faire lorsqu’il a commencé à travailler.

Lorsqu’il est arrivé pour sa première journée de travail en octobre, on a informé Vingerling qu’il devait soumettre une demande spéciale pour porter la kippa et qu’il devait l’enlever en attendant.

Le musée de la Maison d’Anne Frank à Amsterdam, aux Pays-Bas, en novembre 2014. (Crédit : Matt Lebovic/Times of Israël)

Comme solution temporaire pendant les délibérations du conseil d’administration, le musée lui a permis de porter une casquette de baseball portant le logo de la Maison d’Anne Frank. De cette façon, sa tête resterait couverte, comme c’est la coutume des hommes orthodoxes.

Mais cinq semaines se sont écoulées sans qu’aucune décision ne soit prise. Pendant ce temps, Vingerling s’est adressé à plusieurs reprises au directeur du musée, Dieuwke Maas, qui a promis une réponse rapide sur la question, mais ne l’a jamais livrée.

Le jeune employé a également consulté Rabbi Menno ten Brink, qui est membre du conseil consultatif du musée. Selon NIW, ten Brink a dit à Vingerling qu’au moins l’autorisation du conseil d’administration de lui permettre de porter une casquette de baseball lui permettait de respecter la loi religieuse.

Ten Brink semble défendre le musée dans une interview, expliquant que la sensibilité de la Maison d’Anne Frank n’est pas propre au judaïsme, mais à tous les symboles religieux.

Fatigué et « stressé » par l’attente, Vingerling a décidé fin novembre qu’il porterait sa kippa sans casquette de baseball pour travailler et voir la réaction du musée en conséquence.

Cependant, il a constaté que la direction ne s’est pas amusée de sa décision. Le directeur Ronald Leopold lui a dit que le conseil d’administration prendrait bientôt une décision à ce sujet, mais on a demandé à Vingerling de continuer à porter une casquette de baseball en attendant, et il s’y est conformé.

Le musée de la Maison d’Anne Frank à Amsterdam. (Capture d’écran/YouTube)

Mais il a déclaré à NIW que la solution temporaire n’était pas toujours idéale car un certain nombre de visiteurs trouvaient « irrespectueux » qu’un membre du personnel leur parle alors qu’il porte une casquette de baseball.

Plus de quatre mois se sont écoulés avant que, la semaine dernière, le conseil d’administration du musée ne prenne la décision de permettre à l’employé de porter une kippa.

Vingerling a confié à NIW qu’il était heureux de cette décision, mais qu’il ne comprenait pas pourquoi il a fallu autant de temps à la direction.

« Jusqu’à récemment, nous n’avions pas de règle sur ce point, simplement parce que nous n’avions jamais reçu de telles demandes », a déclaré le musée dans une déclaration.

« La décision sur un sujet aussi important est prise avec soin à la Maison d’Anne Frank et en consultation avec les différents départements de l’organisation, y compris le Conseil de surveillance. Ça prend du temps. »

Après « d’autres recherches… nous avons décidé que les symboles religieux peuvent être portés dans le musée et dans la boutique », conclut le communiqué.

La directrice générale de la Maison d’Anne Frank, Garance Reus-Deelder, a déclaré au Daily Mail du Royaume-Uni que la longueur des délibérations du conseil d’administration avait pour objet de déterminer si « une expression religieuse interférerait avec notre position de neutralité ».

« La Fondation Anne Frank est une organisation indépendante sans caractère religieux. Ces mesures visent à combattre l’antisémitisme. Nous ne voulions pas, par exemple, qu’une kippa influence ce message », a-t-elle ajouté.

L’hésitation du musée sur la question était semblable à la frustration soulevée précédemment par un certain nombre de visiteurs juifs qui déploraient le fait qu’un drapeau israélien ne figurait pas dans la visite audio en hébreu de la pièce secrète, comme c’est le cas pour d’autres langues.

Alors que la visite audio française était représentée par le drapeau français, la visite audio en hébreu n’était marquée que par des lettres hébraïques.

Selon NIW, le musée a mis à jour cet affichage en avril 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...