La manifestation des producteurs de spectacle bloque l’entrée de Jérusalem
Rechercher

La manifestation des producteurs de spectacle bloque l’entrée de Jérusalem

Les manifestants, sous la forme d'un convoi, ont bloqué l'accès au ministère des Finances pour obtenir du soutien ; les salles restent fermées pour cause de virus

Des manifestants représentant des organisateurs d’événement et des équipes de production de spectacle ont arrêté la circulation sur la principale artère menant à la capitale, mercredi matin, alors qu’ils manifestaient contre ce qu’ils ont qualifié d’échec du gouvernement à leur apporter le soutien financier nécessaire dans un contexte de crise du coronavirus.

Alors que la majorité des industries ont été en mesure de retourner au travail, les grands événements sont encore interdits – ce qui a maintenu la fermeture des théâtres, des salles de concert et autres et laissé sans travail les artistes, organisateurs et techniciens.

Environ 60 camions de compagnies offrant des services de son et de lumière pour des événements ont formé un convoi sur la Route 1 au carrefour de Shaar Hagai. Ils se sont dirigés lentement vers Jérusalem pour un rassemblement aux abords du bureau du Premier ministre et du ministère des Finances adjacent.

La police a fait savoir que malgré d’importants embouteillages, la route n’avait été totalement fermée.

Au ministère des Finances, environ 200 personnes ont bloqué l’accès au bâtiment en utilisant des lits d’hôpitaux et des machines de ventilation comme accessoires, en utilisant le slogan « le respirateur ou la guerre », a fait savoir la Douzième chaîne.

Deux manifestants ont été arrêtés lors du mouvement de protestation pour « trouble à l’ordre public et agression contre un membre des forces de l’ordre », a déclaré la police dans un communiqué.

Les organisateurs ont indiqué que ce mouvement de protestation visait à dénoncer « la négligence de cette industrie qui s’est effondrée au cours des derniers mois de la part d’un pays qui continue à ignorer les circonstances éprouvantes vécues par 200 000 employés du secteur ».

L’un des initiateurs de la manifestation, Rami Beja, organisateur d’événements, a déclaré devant les caméras de la chaîne publique Kan que cela faisait quatre mois qu’il se trouvait dans l’incapacité d’utiliser ses équipements.

« Je n’ai aucun moyen d’organiser quoi que ce soit », a-t-il clamé. « C’est une industrie toute entière qui se trouve aujourd’hui sans revenu ».

« Alors que nous ne pouvons pas ouvrir nos entreprises en raison d’une tragédie, il est temps que le gouvernement nous donne de l’argent pour que nous soyons en mesure de rester en vie », a continué Beja. « Nous réclamons une survie de base ».

Capture d’écran d’une vidéo de manifestants issus de l’industrie culturelle et événementielle qui se sont rassemblés à Jérusalem pour demander le soutien du gouvernement dans un contexte de pandémie de coronavirus, le 10 juin 2020 (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Cette manifestation est entrée dans le cadre d’une « semaine de colère » organisée par les organisateurs d’événement et les travailleurs du milieu culturel. Ils réclament un budget qui viendrait les aider, comme d’autres ont été octroyés à des secteurs de l’économie qui ont subi l’impact des mesures de restriction imposées à la mi-mars et qui ont été graduellement levées au cours de ces dernières semaines.

Les artistes font partie de ceux qui ont le plus pâti des mesures de confinement, qui ont entraîné un taux de chômage de plus de 27 % dans le pays à une période.

Alors que les concerts, les pièces et autres événements sont encore interdits, les appels en faveur d’une plus grande aide gouvernementale en faveur des musiciens, artistes et autres n’ont cessé de croître.

Le gouvernement a mis en place une enveloppe de secours de 100 milliards de shekels pour relancer l’économie, qui s’est presque immobilisée pendant le confinement.

Depuis dimanche, environ cent manifestants ont installé un chapiteau de protestation dans le quartier gouvernemental pour faire valoir les demandes de soutien au nom de ceux qui travaillent dans les industries culturelle et événementielle.

Lundi, le gouvernement a décidé de retarder davantage la réouverture des lieux culturels et événementiels dans un contexte de recrudescence des contaminations au virus, alors que d’autres éléments du confinement ont été soulevés. Les activités dans les théâtres, les concerts et autres événements culturels devaient reprendre le 14 juin. La date a été reportée au 21 juin au plus tôt – et aucune date définitive n’a encore été finalisée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...