Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

La plainte pour antisémitisme d’une étudiante de Paris 13 classée sans suite

L'étudiante avait fait l'objet de harcèlement à caractère antisémite de la part d'un groupe d'élèves de l'université notamment lors de la préparation d'un week-end d'intégration

Entrée de la faculté de médecine de Créteil en 2012 (Crédit: capture d'écran facdemedecinecreteil/Youtube)
Entrée de la faculté de médecine de Créteil en 2012 (Crédit: capture d'écran facdemedecinecreteil/Youtube)

La plainte d’une étudiante en médecine de l’université Paris-13 (Seine-Saint-Denis) qui accuse d’autres élèves d’avoir tenu des propos antisémites a été classée sans suite, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

La plainte a été classée pour « infraction insuffisamment caractérisée », a indiqué le parquet de Bobigny, confirmant une information du Parisien.

L’étudiante avait porté plainte en octobre, assurant avoir fait l’objet de harcèlement à caractère antisémite de la part d’un groupe d’élèves de l’université notamment lors de la préparation d’un week-end d’intégration.

Alertée, la présidence de cette université, installée sur plusieurs sites en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise, avait saisi la commission disciplinaire ainsi que le procureur.

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait de son côté dénoncé des faits « profondément inacceptables ».

La jeune fille, étudiante en deuxième année de médecine, est « choquée » de cette décision, a dit à l’AFP son avocat Antonin Péchard. Il a annoncé son intention de saisir « dans les prochains jours » un juge d’instruction pour ouvrir une autre procédure.

Le 20 octobre dernier, l’étudiante de deuxième année de médecine a porté plainte pour injures antisémites proférées par d’autres étudiants de son université Paris-13 Villetaneuse – Bobigny – Saint-Denis.

La jeune fille de 20 ans avait affirmé avoir fait l’objet de harcèlements à caractère antisémite de la part d’un groupe d’élèves de l’université, notamment dans le cadre de la préparation du week-end d’intégration de la fac de médecine, selon des informations révélées par Europe 1.

« Dès le début, j’ai expliqué que ça me blessait, j’ai dit qu’on ne pouvait pas rire de la Shoah, mais on est passé des blagues sur la Shoah à des saluts hitlériens, puis on invente un jeu qui s’appelle le ‘freespa’ [contraction de frisbee et kippa], le lancer de kippa qu’on jette par terre ».

Devant ses protestations, la jeune étudiante se retrouve ostracisée, et menacée d’être « trashée » lors du prochain week-end d’intégration.

Dans la même veine, ces étudiants proposent de baptiser ce week-end d’intégration « ‘bob Auschwitz 2019’ (bob désignant le week-end d’intégration, explique Europe 1), ‘bob-rafle 2019’, ‘bob [nom de famille de l’étudiante] 2019’, ‘beau juif et boboche’, ‘les nazis contre les juifs’, avec une photo d’un étudiant juif brûlant dans les flammes ».

Soutenue par « une poignée d’amis » et la direction, elle est désormais vue comme « traître » et « cancer » de la promotion par d’autres.

Elle affirme avoir eu « besoin de dénoncer cette banalisation de l’antisémitisme et cette acceptation sous couvert du second degré et de l’humour noir, comme si c’était normal ».

Ces faits « sont profondément inacceptables », avait réagi la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal, dans un communiqué publié le 29 octobre.

Elle avait « salué le fait que l’université Paris-13 ait pris les décisions qui s’imposaient dès que les faits ont été connus ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.