La police disperse des centaines d’ultra-orthodoxes à Modiin Illit
Rechercher

La police disperse des centaines d’ultra-orthodoxes à Modiin Illit

Les officiers ont affronté les fidèles devant la synagogue de l'implantation et arrêté 20 personnes ; 69 % des nouveaux cas à Jérusalem concernent les zones ultra-orthodoxes

La police affronte des fidèles ultra-orthodoxes à Modiin Illit, le 8 octobre 2020. (Capture d'écran / Ynet)
La police affronte des fidèles ultra-orthodoxes à Modiin Illit, le 8 octobre 2020. (Capture d'écran / Ynet)

La police a dispersé des centaines de fidèles qui s’étaient rassemblés près d’une synagogue dans l’implantation ultra-orthodoxe de Modiin Illit en violation des restrictions de confinement tôt ce vendredi matin.

La police est venue évacuer de la synagogue des dizaines de fidèles qui ont refusé de quitter le bâtiment, selon plusieurs sources. La situation a ensuite dégénéré en échauffourées quand des centaines de personnes se sont regroupées pour protester.

La plupart des fidèles appartiennent à la communauté extrémiste de la Faction de Jérusalem, selon le site Ynet.

La police a arrêté 20 personnes lors des incidents, selon La Treizième chaîne

Des fidèles ont qualifié la police de « nazis » et de « meurtriers », a déclaré la chaîne.

Sur les images des événements, on peut voir des policiers en tenue anti-émeute se bagarrant avec des jeunes devant le bâtiment, et des fidèles qui chantent et dansent à l’extérieur, certains portant des masques et d’autres non.

Les restrictions de confinement, imposées dans le cadre d’un état d’urgence déclaré par le gouvernement, limitent les grands rassemblements, les prières dans les synagogues et les visites dans des souccot autres que la sienne pendant la semaine de fêtes actuelles, qui a commencé vendredi soir dernier.

Les règles interdisent également aux Israéliens de voyager à plus d’un kilomètre de chez eux, y compris pour les manifestations. Les restrictions seront maintenues au moins jusqu’au 13 octobre.

La communauté ultra-orthodoxe d’Israël est la cible de critiques croissantes due à leur mépris généralisé des règles établies par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus, et à la contagion rapide des infections dans leur communauté.

Les efforts de la police pour appliquer les règles du confinement se heurtent à la résistance des membres de la communauté ultra-orthodoxe, qui veulent marquer la fête de Souccot malgré la situation, ainsi qu’à celle des protestataires anti-gouvernementaux qui s’opposent aux restrictions sur les manifestations.

L’action de la police à Modiin Illit tôt vendredi matin a suivi la divulgation mercredi d’un appel qui insinuait que la police fermait les yeux sur les violations du confinement par des fidèles ultra-orthodoxes dans les synagogues de la ville de Cisjordanie.

Le site ultra-orthodoxe Charedim10 a publié une transcription de l’appel entre un policier et un membre non identifié de la communauté extrémiste Faction de Jérusalem. Un enregistrement de l’appel a ensuite été diffusé par la Douzième chaîne, qui a identifié le policier comme étant le chef de la police de Modiin Illit, Tzahi Halfon, et a affirmé qu’il échangeait avec un représentant local ultra-orthodoxe.

Lors de cet appel, qui aurait eu lieu dimanche, on peut entendre Halfon exhorter les fidèles à ne pas provoquer ni se battre avec les policiers qui viennent interrompre les rassemblements, tout en insinuant clairement que les fidèles pouvaient faire ce qu’ils voulaient après le départ des agents.

La conversation n’a apparemment pas eu l’effet escompté, a rapporté la Douzième chaîne, en informant des affrontements qui ont éclaté dans la ville entre des membres de la faction ultra-orthodoxe extrémiste et la police pendant la nuit de mardi à mercredi, lorsque les fidèles ont refusé de se disperser quand la police est intervenue dans une synagogue où se tenaient des prières.

La police a ouvert une enquête sur la conduite de l’officier après la fuite de cette conversation téléphonique.

Cette information a été publiée après que le quotidien Haaretz a rapporté plus tôt cette semaine que la police de Jérusalem avait conclu un accord avec certaines communautés extrémistes ultra-orthodoxes, avant les fêtes de Souccot, selon lequel des événements de masse pourraient avoir lieu malgré le confinement national, à condition que ces rassemblements ne soient pas filmés et rendus publics.

Cette information, que la police a catégoriquement démentie, était basée sur deux sources au sein de la communauté ultra-orthodoxe, selon le journal.

Lors d’un autre incident à Jérusalem, le chef du mouvement hassidique Belz et certains de ses proches ont été photographiés au Mur occidental cette semaine, bien au-delà de la limite d’un kilomètre de leur domicile, selon la Douzième chaîne.

La radio de l’armée a rapporté jeudi que 69 % des nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués à Jérusalem la semaine dernière provenaient de quartiers ultra-orthodoxes.

Seuls 30 % des habitants de Jérusalem vivent dans les quartiers définis comme ultra-orthodoxes, indique la média, qui ne citait pas la source.

Ce chiffre ne prend pas en compte les habitants ultra-orthodoxes de la capitale qui résident dans des quartiers mixtes avec des populations non ultra-orthodoxes importantes, ce qui signifie que la proportion réelle d’infections dans la communauté est certainement encore plus élevée.

La radio attribue la flambée des cas aux rassemblements lors des récentes fêtes de Rosh HaShana et de Yom Kippour, ainsi qu’aux conditions de surpeuplement et aux familles généralement nombreuses dans les zones ultra-orthodoxes.

Un peu moins de 50 % des tests à Jérusalem la semaine dernière ont été effectués dans des zones ultra-orthodoxes.

Environ 10 % des nouvelles infections à Jérusalem concernent des zones à majorité arabe, ce qui indique une diminution significative de la morbidité dans ces communautés.

Les ultra-orthodoxes connaissent des taux d’infection de coronavirus extrêmement élevés – 2,5 fois celui de la moyenne nationale selon une évaluation révélée la semaine dernière.

La flambée d’infections à travers le pays a provoqué le confinement actuel, le deuxième cette année. Bien qu’initialement prévu jusqu’à la fin des fêtes de Souccot, les responsables ont annoncé qu’il serait prolongé d’au moins une semaine avant tout assouplissement des restrictions.

Jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exhorté le public ultra-orthodoxe à respecter les règles ce week-end pendant la fête de Simhat Torah, où la tradition amène les fidèles à se rassembler dans les synagogues et encercler massivement la Teba avec des rouleaux de la Torah.

« Je demande à tous ceux qui écoutent de se protéger – d’annuler les danses de Simhat Torah », a déclaré Netanyahu à la radio Kol Barama. « Il n’y a pas de plus grand blasphème que de perdre des vies à cause de Simhat Torah. Priez dehors, respectez les règles et sanctifiez à la fois la Torah et la valeur de la vie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...