La police interdit les visites des Juifs sur le mont du Temple
Rechercher

La police interdit les visites des Juifs sur le mont du Temple

Plusieurs députés de droite ont manifesté leur indignation ; Des milliers d'agents déployés dans tout Jérusalem et dans la Vieille Ville avant l'aube

Le chef de la police israélienne Kobi Shabtai. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de la police israélienne Kobi Shabtai. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Après une évaluation de la situation qui vient de s’achever… le commissaire de police [Kobi Shabtai] a pris la décision, à ce stade, de ne pas permettre les visites sur le mont du Temple », a déclaré la police dans un communiqué émis lundi matin, se référant à l’entrée de Juifs sur le site.

Les Juifs sont habituellement autorisés à visiter le complexe à certaines heures, pendant les jours de la semaine, des visites soumises à de nombreuses restrictions, mais ils n’ont pas le droit d’y prier.

Cette annonce a eu lieu peu de temps avant le début prévu des visites et après le départ de centaines de Juifs vers le mont du Temple. Elle a suscité l’indignation de plusieurs députés de droite.

« C’est une honte », a estimé sur Twitter Smicha Rothman, du parti Sioniste religieux. « Sur le mont du Temple, le Waqf [Islamique] organise à dessein des actes de terrorisme et meurtriers sous notre nez et personne ne dit rien. Je serai moi-même à l’entrée du mont du Temple ce matin ».

Itamar Ben Gvir, législateur extrémiste issu de la même formation, a indiqué que « les violences et les brutalités ont remporté une victoire », mettant en cause le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana et déclarant qu’il n’accepterait pas de voter aux côtés du Likud au pouvoir d’éventuelles lois ou décrets en signe de protestation, cette semaine.

« Je n’ai aucune raison de voter, cette semaine, aux côtés de ceux qui ont décidé de capituler », a-t-il continué.

Même point de vue au sein du parti Yamina, dont certains représentants ont condamné cette décision. Le député Matan Kahana a affirmé que le mont du Temple « doit être un endroit sûr, ouvert aux Juifs et à toutes les religions » et le parlementaire Amichai Chikli a, de son côté, évoqué une « reddition face aux violences et au terrorisme palestiniens ».

Tom Nisani, président de la Fondation du patrimoine du mont du Temple, a appelé les pèlerins juifs à « continuer d’affluer à l’entrée du mont du Temple et à entreprendre son ascension en cette Journée de Jérusalem ».

« S’il y a des émeutiers sur le mont du Temple, cette menace doit disparaître et le mont doit rouvrir », a-t-il ajouté.

Le communiqué émis par la police a noté que des milliers d’agents avaient été déployés dans tout Jérusalem et dans la Vieille Ville avant l’aube, lundi, « pour sécuriser les événements et protéger la sécurité du public ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...