La Pologne approuve un envoyé allemand dont le père a travaillé pour Hitler
Rechercher

La Pologne approuve un envoyé allemand dont le père a travaillé pour Hitler

Le père du nouvel ambassadeur a servi en tant qu’officier militaire pour l’Allemagne nazie pendant la guerre et travaillé avec Adolf Hitler

Arndt Freytag von Loringhoven, à l'époque premier chef des renseignements de l'OTAN. (Capture d’écran YouTube)
Arndt Freytag von Loringhoven, à l'époque premier chef des renseignements de l'OTAN. (Capture d’écran YouTube)

La Pologne a finalement accepté la nomination à Varsovie du nouvel ambassadeur d’Allemagne, Arndt Freytag von Loringhoven, après un délai inhabituel de trois mois. Le processus aurait pris autant de temps en raison des griefs polonais concernant la Seconde Guerre mondiale, causant des tensions entre les diplomaties des deux pays.

Selon les médias polonais, le parti au pouvoir en Pologne, Loi et Justice, conservateur et nationaliste, refusait jusqu’alors la nomination d’Arndt Freytag von Loringhoven en raison du passé de son père, Bernd Freytag von Loringhoven, qui a servi en tant qu’officier militaire pour l’Allemagne nazie pendant la guerre et travaillé avec Adolf Hitler, lui préparant des briefings militaires quotidiens dans son bunker.

La Seconde Guerre mondiale a été déclenchée le 1er septembre 1939 par l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie. Six millions de citoyens polonais ont été tués pendant le conflit.

Arndt Freytag von Loringhoven a été chef adjoint du Service fédéral allemand des renseignements et ambassadeur d’Allemagne en République tchèque. Il est devenu le premier chef du renseignement de l’OTAN en 2016.

Jürgen Hardt, député allemand et porte-parole diplomatique de la chancelière allemande Angela Merkel, a salué l’approbation de l’ambassadeur, la qualifiant de « tardive ».

« L’ambassadeur Freytag von Loringhoven est un diplomate expérimenté qui a travaillé toute sa vie pour une coopération étroite et de confiance avec la Pologne », a déclaré Hardt.

Szymon Szynkowski vel Sek, vice-ministre polonais des Affaires étrangères, annonçant lundi soir que la nomination de von Loringhoven avait été acceptée, a souligné que les Allemands devaient être conscients « d’un type particulier de sensibilité polonaise, résultant du fait que les crimes de la Seconde Guerre mondiale restent une grande blessure non cicatrisée dans l’esprit de la nation polonaise ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...