Rechercher

La rencontre entre Abbas et Gantz « n’a que peu d’importance », selon Gideon Saar

Évoquant un entretien "non-nécessaire", le ministre de la Justice a ajouté que tous les leaders israéliens ont rencontré le chef de l'AP et qu'aucune concession n'a été faite

A gauche, le ministre de la Défense Benny Gantz, le 14 juillet 2021 ; à droite, le ministre de la Justice Gideon Saar, le 7 mars 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90; Yonatan Sindel/Flash90)
A gauche, le ministre de la Défense Benny Gantz, le 14 juillet 2021 ; à droite, le ministre de la Justice Gideon Saar, le 7 mars 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90; Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Justice, Gideon Saar, a critiqué samedi une rencontre qui a eu lieu, la semaine dernière, entre le ministre de la Défense Benny Gantz et le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas – un entretien « non nécessaire », selon lui – tout en minimisant également sa portée.

« La rencontre entre Gantz et Abu Mazen était, à mes yeux, non-nécessaire – mais elle n’est pas très importante de toute façon », a commenté Saar, le dirigeant du parti Tikva Hadasha, devant les caméras de la Douzième chaîne, samedi, en utilisant le nom de guerre du chef de l’AP.

« Tous les Premiers ministres israéliens – Netanyahu et Sharon et Olmert – ont rencontré Abu Mazen. Le ministre de la Défense l’a rencontré. Si j’avais été ministre de la Défense, je ne l’aurais pas fait personnellement mais la portée de ces entretiens reste très limitée et marginale », a-t-il continué. « Où y a-t-il eu des concessions diplomatiques, ici ? »

Saar réagissait aux critiques de cette rencontre qui ont été émises par l’aile droite de la coalition hétéroclite.

(Gauche) Le ministre de la Défense Benny Gantz assiste à une conférence dans la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël, le 13 juillet 2021. (Droite) Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prononce un discours concernant le COVID-19, au siège de l’Autorité palestinienne, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 5 mai 2020. (Flash90)

« Nous maintenons nos positionnements sur les questions de principe. Nous avons repoussé les pressions sur le consulat palestinien à Jérusalem« , a noté Saar, faisant apparemment référence au désir des États-Unis de rouvrir son consulat en direction des Palestiniens dans la capitale, une initiative à laquelle Israël s’oppose.

« Nous sauvegardons les implantations en Judée et Samarie », a-t-il poursuivi en référence à la Cisjordanie. « Ce sont là des questions déterminantes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...