Rechercher

La rénovation de bâtiments destinés aux immigrants ukrainiens sera subventionnée

Le ministère du Logement a organisé des programmes de financement dans le but de trouver des solutions pour les milliers de personnes arrivant d'Europe de l'Est

Des immigrants réfugiés d'Ukraine arrivent dans les bureaux du ministère israélien de l'Immigration et de l'Intégration à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des immigrants réfugiés d'Ukraine arrivent dans les bureaux du ministère israélien de l'Immigration et de l'Intégration à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Israël a accordé aux villes et aux conseils régionaux des subventions pour améliorer les projets de logement destiné aux immigrants d’Ukraine, de Russie et d’autres pays de la région, a annoncé le ministère du Logement et de la Construction.

Quelque 10 000 nouveaux immigrants sont arrivés en Israël au cours des dernières semaines, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Plus des deux tiers des immigrants viennent d’Ukraine, où plus de 4 millions de personnes ont fui leur pays depuis le début de l’offensive russe le 24 février, selon les Nations unies.

La grande majorité des autres immigrants viennent de Russie et de Biélorussie, et l’Agence juive en attend encore plusieurs milliers.

Les autorités qui sollicitent ces subventions doivent identifier les bâtiments qu’elles possèdent et qui pourraient être rapidement aménagés pour accueillir les nouveaux immigrants, dont certains sont hébergés dans des hôtels ou chez des amis, des membres de la famille ou des étrangers charitables, en attendant une solution permanente.

Les subventions seront accordées en priorité aux projets permettant d’héberger un plus grand nombre d’immigrants à moindre coût, et à ceux qui peuvent être prêts le plus rapidement possible.

Pour participer, les conseils régionaux doivent identifier au moins cinq bâtiments appropriés. Alertés fin mars par le ministère, ils ont jusqu’au 5 avril pour soumettre leurs plans.

Une mère et son enfant traversant la rue devant un immeuble de logements sociaux à Ofakim, le 8 novembre 2010. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Les autorités responsables du développement des projets doivent s’engager, en contrepartie de ces subventions, à loger les immigrants pendant au moins deux ans et à plafonner les loyers mensuels à 15 shekels le mètre carré ou à 1 000 shekels pour l’ensemble de l’unité, selon le montant le plus bas.

Malgré des taux de pauvreté élevés, Israël dispose de peu de logements publics, et les familles éligibles peuvent attendre des années avant que des appartements ne se libèrent. De plus, la plupart des logements seraient vétustes et auraient besoin d’être réparés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...