La Suisse va lancer une application pour la mémoire de l’Holocauste
Rechercher

La Suisse va lancer une application pour la mémoire de l’Holocauste

"Fuir l'Holocauste" utilisera la réalité virtuelle pour apprendre aux utilisateurs que le génocide de la Deuxième Guerre mondiale mettait en jeu "des êtres humains", pas seulement des chiffres

L'entrée de la "tour de la mort" SS de l'ancien camp de la mort Auschwitz-Birkenau en Pologne, sous laquelle les trains de déportés juifs passaient en 1944, quand un embranchement a été ajouté à la voie existante. Cette photo de novembre 2015 a été prise depuis l'extérieur de l'entrée du camp. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
L'entrée de la "tour de la mort" SS de l'ancien camp de la mort Auschwitz-Birkenau en Pologne, sous laquelle les trains de déportés juifs passaient en 1944, quand un embranchement a été ajouté à la voie existante. Cette photo de novembre 2015 a été prise depuis l'extérieur de l'entrée du camp. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

BERLIN — Une nouvelle application pour enseigner l’Holocauste aux jeunes sera une pièce maîtresse de la présidence suisse de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste.

Succédant à la Roumanie à ce poste, la Suisse s’est emparée de la présidence tournante de ce groupe inter-gouvernemental de 31 membres, le 7 mars.

L’application appelée ‘Fliehen vor dem Holocaust’ (fuir l’Holocauste) permettra aux utilisateurs de suivre la destinée de quatre individus en utilisant des outils multimédias.

Les éducateurs doivent « relever le défi de la réalité virtuelle » afin que les jeunes saisissent que « nous parlons d’êtres humains » et pas simplement de chiffres, a expliqué Benno Bättig, secrétaire général du département fédéral des Affaires étrangères suisses, lors d’une cérémonie organisée à l’ambassade suisse de Berlin.

Fondée en 1998, l’alliance a pour objectif d’unir les leaders politiques et sociaux dans la réponse à la nécessité d’enseigner le souvenir de l’Holocauste et d’appuyer la recherche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...