La Turquie construit un mur à la frontière iranienne
Rechercher

La Turquie construit un mur à la frontière iranienne

Le mur a notamment pour objectif de limiter les déplacements des membres du PKK, qu'Ankara considère comme un groupe terroriste

Construction d'un mur à la frontière entre la Turquie et la Syrie, en 2015. Illustration. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Construction d'un mur à la frontière entre la Turquie et la Syrie, en 2015. Illustration. (Crédit : capture d'écran YouTube)

La Turquie a entamé la construction d’un « mur de sécurité » à sa frontière avec l’Iran, a déclaré mardi le gouvernorat de la province d’Agri, dans l’est de la Turquie.

« Le gouverneur d’Agri, Süleyman Elban, s’est rendu sur le site où a démarré la construction d’un mur de sécurité à la frontière pour examiner les travaux », a affirmé le gouvernorat dans un communiqué, précisant que la visite avait eu lieu avec des représentants des forces de l’ordre.

Des photographies publiées sur le site du gouvernorat montrent le déplacement d’immenses blocs de béton.

Selon l’agence de presse Dogan, ces blocs mobiles mesurent deux mètres de long sur trois de haut et pèsent sept tonnes chacun.

Construction d'un mur à la frontière entre la Turquie et la Syrie, en 2015. Illustration. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Construction d’un mur à la frontière entre la Turquie et la Syrie, en 2015. Illustration. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Les autorités turques avaient annoncé en mai la construction de ce mur de 144 kilomètres de long pour empêcher notamment les mouvements transfrontaliers des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée « terroriste » par Ankara et ses alliés occidentaux.

Les deux pays partagent une frontière d’environ 500 kilomètres.

La Turquie a déjà entamé en 2015 la construction d’un mur à sa frontière avec la Syrie pour empêcher toute intrusion des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les traversées illégales d’un pays à l’autre.

En juin, le ministre de la Défense, Fikri Isik, expliquait que 690 kilomètres de mur avaient déjà été construits sur les 828 kilomètres prévus à la frontière syrienne. Il ajoutait alors que d’autres mesures de sécurité seraient ajoutées une fois le mur terminé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...