La vaccination s’étend à Jérusalem-Est, au-delà de la barrière de sécurité
Rechercher

La vaccination s’étend à Jérusalem-Est, au-delà de la barrière de sécurité

Des centres de vaccination ont été installés aux checkpoint de Qalandiya, où les Palestiniens titulaires d'une carte de résidence pourront bénéficier de l'inoculation

Un soignant tient des flacons vides du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNtech dans une clinique de Jérusalem-Est le 3 février 2021. (Crédit ; AHMAD GHARABLI / AFP)
Un soignant tient des flacons vides du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNtech dans une clinique de Jérusalem-Est le 3 février 2021. (Crédit ; AHMAD GHARABLI / AFP)

Les autorités sanitaires israéliennes ont commencé à vacciner les Palestiniens de Jérusalem-Est détenteurs d’une carte de résidence israélienne mais qui vivent au-delà de la barrière de sécurité qui scinde la ville en deux.

Les vaccinations ont été effectuées par le personnel du Magen David Adom au point de passage clé de Qalandiya.

Des dizaines de milliers de personnes vivent au-delà de la barrière qui serpente la capitale, ce qui, selon certains experts de la santé, pourrait rendre plus difficile l’accès au vaccin.

Magen David Adom a apparemment choisi de placer le poste de vaccination près du passage à niveau afin d’accroître l’accessibilité au vaccin pour ceux qui vivent au-delà de la barrière.

La campagne de vaccination a été coordonnée avec le ministère de la Santé et le commandement central de l’armée israélienne. Elle se déroulera le mardi de 10 heures à 20 heures.

Jérusalem-Est a été annexée par Israël au lendemain de la guerre des Six Jours de 1967, puis à nouveau déclarée israélienne dans la Loi fondamentale de 1980 : Jérusalem, capitale d’Israël. Les déclarations israéliennes ne sont pas reconnues par la communauté internationale. Israël considère toute la ville comme sa capitale, tandis que les Palestiniens considèrent le secteur oriental comme la capitale de leur futur État.

Israël a également commencé à vacciner les 122 000 Palestiniens de Cisjordanie qui travaillent en Israël. Certains Palestiniens qui travaillent dans le secteur des soins de santé ont déjà été vaccinés, mais il s’agit d’une petite minorité ; l’écrasante majorité des travailleurs sont employés dans la construction ou l’agriculture.

Les experts de la santé les ont identifiés comme une source potentielle d’infection, étant donné que beaucoup franchissent la Ligne verte de façon quotidienne.

Un Palestinien utilise un portail biométrique alors qu’il entre en Israël au point de passage de Qalandiya à Jérusalem, le 11 juillet 2019. (Sebastian Scheiner/AP)

Israël a proposé la vaccination à tous ses citoyens, juifs et arabes, en plus des résidents palestiniens de Jérusalem-Est. Un débat acharné fait rage depuis plusieurs semaines sur la question de savoir si Israël est responsable en dernier ressort de la fourniture de vaccins aux Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Ces derniers jours, Israël a transféré plusieurs milliers de doses à Ramallah pour que l’Autorité palestinienne puisse vacciner le personnel médical. Mais les critiques ont reproché à l’État juif de ne pas vacciner les quelque cinq millions de Palestiniens vivant dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

Des vaccins anti-COVID russes livrés de l’Autorité palestinienne à Ramallah à la bande de Gaza le 17 février 2021 (Autorisation)

Les critiques de la politique de vaccination d’Israël se réfèrent à la quatrième Convention de Genève, qui stipule qu’une puissance occupante est tenue de fournir des vaccins aux habitants des territoires sous son contrôle.

Israël rejette l’affirmation selon laquelle il occupe la Cisjordanie, affirmant que les territoires qu’il gouverne depuis 1967 sont « disputés », plutôt qu’occupés. Il note également qu’il s’est retiré de Gaza, bien qu’il impose certaines restrictions sur le territoire, qu’il dit nécessaire pour la sécurité ; le groupe terroriste du Hamas, qui dirige, Gaza, est déterminé à détruire l’État juif. En tant que tel, Jérusalem n’a jamais accepté l’applicabilité de ce statut de droit international aux territoires.

Le gouvernement a aussi rappelé les accords d’Oslo de 1995, qui stipulent que l’Autorité palestinienne est responsable des Palestiniens vivant en Cisjordanie et à Gaza, tandis que les deux parties doivent travailler ensemble pour lutter contre les épidémies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...