La ZOA salue le décret anti-réfugiés, le JCPA s’y oppose
Rechercher

La ZOA salue le décret anti-réfugiés, le JCPA s’y oppose

Ce décret permet au « président de remplir son devoir de protection de la nation en interdisant à ... des individus qui ont l’intention de commettre, assister ou soutenir des actes terroristes de s’infiltrer aux États-Unis », a affirmé l’organisation sioniste dans un communiqué

Le président américain Donald Trump signant son premier décret exécutif dans le Bureau ovale, le 23 janvier 2017. (Crédit : Ron Sachs/Pool/Getty Images)
Le président américain Donald Trump signant son premier décret exécutif dans le Bureau ovale, le 23 janvier 2017. (Crédit : Ron Sachs/Pool/Getty Images)

L’organisation sioniste d’Amérique a déclaré qu’elle avait salué le décret anti-immigration du président Donald Trump, qui interdit l’accès aux réfugiés et aux ressortissants de 6 pays à majorité musulmane alors que l’organisation qui rassemble les groupes de politiques publics juifs s’y est opposé.

Ce décret permet au « président de remplir son devoir de protection de la nation en interdisant aux ressortissants de 6 nations (l’Iran, la Syrie, la Libye, la Somalie, le Soudan et le Yémen) d’entrer dans le pays, tant que les méthodes de sélections sont inadéquates, et comportent un risque inacceptable d’autoriser des individus qui ont l’intention de commettre, assister ou soutenir des actes terroristes de s’infiltrer aux États-Unis », a affirmé l’organisation sioniste dans un communiqué.

Peu avant, un panel de groupes juifs, dont le mouvement réformé, la Ligue Anti-Diffamation (ADL) ainsi que les députés juifs démocrates ont condamné ce décret. Trump a révisé ce décret après que le précédent a été retenu par les tribunaux.

Le Jewish Council for Public Affairs, un organisme qui rassemble les groupes de politiques publics juifs et des Conseils régionaux de relations avec les communautés juives, s’est réuni lundi soir pour s’opposer au décret, mais dans un registre moins accablant.

« Nous continuons à nous opposer à cette interdiction de voyager parce que cela réduit le nombre de réfugiés qui entrent dans ce pays et qu’il liste toujours spécifiquement les noms des pays à majorité musulmane », a déclaré le JCPA dans un communiqué.

« Il n’y a aucune preuve que les réfugiés de ces pays représentent une menace particulière. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...