L’AP a intercepté des transmissions de drones israéliens durant la deuxième Intifada
Rechercher

L’AP a intercepté des transmissions de drones israéliens durant la deuxième Intifada

Selon l’ancien chef de la sécurité palestinienne à Gaza, ces interceptions ont permis à l’AP de contrecarrer des éliminations de dirigeants du Hamas

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Un drone israélien en plein vol (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash 90)
Un drone israélien en plein vol (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash 90)

AMMAN, Jordanie – L’Autorité palestinienne (AP) a réussi à intercepter les transmissions d’un drone israélien il y a une décennie, qui ont aidé les groupes palestiniens à déjouer plusieurs tentatives d’éliminations israéliennes contre les dirigeants du Hamas, a révélé un ancien chef de la Force de sécurité préventive palestinienne dans un reportage d’enquête de la télévision israélienne.

La séquence, qui doit être diffusée lundi soir, porte sur la recherche du commandant du Hamas Mohammed Deif, dont le sort est resté dans l’ombre.

S’adressant au Times of Israel dans la capitale jordanienne d’Amman avec Ilana Dayan, de l’émission télévisée israélienne « Uvda », Samir Masharawi, membre de la Force de sécurité préventive, a indiqué avoir observé l’une des tentatives d’élimination israéliennes contre Deif en septembre 2002 depuis une salle de contrôle spécialement mise en place à Gaza, qui recevait les transmissions du drone israélien utilisé dans l’attaque.

Selon Masharawi, quelques mois après le déclenchement de la deuxième Intifada, au début 2001, un officier de la sécurité palestinienne l’a contacté et lui a dit qu’il croyait pouvoir intercepter les images transmises par les drones israéliens, s’il avait l’équipement approprié.

Masharawi lui a donné le feu vert pour installer un pareil système, et l’officier s’est exécuté. Selon Masharawi, cette capacité s’est améliorée au fil du temps.

Une source de sécurité israélienne a confirmé que, comme le Hezbollah au Liban, les Palestiniens de Gaza ont réussi à intercepter les communications au début des années 2000, qui n’ont pas encore été déchiffrées.

Après la création du centre de contrôle dans l’une des tours de Gaza, les forces de sécurité palestiniennes pouvaient recevoir des images de transmissions de drones israéliens en direct.

Masharawi, l’ancien adjoint au chef de la sécurité Mohammed Dahlan (Fatah), a déclaré que grâce à cela, lui et ses hommes ont réussi à déjouer les éliminations de dirigeants du Hamas.

Il a raconté un incident au cours duquel ses hommes ont observé des drones qui suivaient une voiture dans l’Université islamique de Gaza.

Les forces de sécurité palestiniennes ont découvert que le véhicule appartenait à l’un des chefs du Hamas, Ibrahim al-Makadmeh, qui fut alerté par des représentants du groupe terroriste, en contact avec l’Autorité palestinienne durant cette période.

L’un des dirigeants du Hamas qui a reçu cet avertissement de la force de sécurité préventive était l’ancien Premier ministre de Gaza, Ismail Haniyeh. Makadmeh a ensuite été éliminé en mars 2003.

Masharawi a affirmé qu’il était souvent difficile de savoir ce que les drones pistaient. Les photographies montraient des maisons ou des voitures, mais discerner l’emplacement des sites demandait souvent beaucoup d’efforts. Ses hommes patrouillaient souvent dans les zones qui ressemblaient à celles des photographies, dit-il, pour détecter la prochaine cible à éliminer.

En 1995 et 1996, Masharawi a mené des négociations avec Mohammed Deif – au nom du dirigeant du Fatah, Yasser Arafat – pour enrayer les attaques terroristes contre Israël et l’encourager à rejoindre les rangs des forces de sécurité de l’AP. Les pourparlers avec Deif progressaient dans la bonne direction, dit-il, et le dirigeant du Hamas était prêt à envisager cette option.

En outre, pendant plusieurs mois, selon Masharawi, il n’y avait pas d’attaques terroristes perpétrées par l’aile militaire du Hamas.

Mais l’élimination de l’ « ingénieur » terroriste Yahya Ayyash, maître en fabrication de bombes, responsable de plusieurs attentats contre les Israéliens, en janvier 1996, a torpillé les négociations entre Masharawi et Deif.

Masharawi dit avoir entendu l’élimination d’Ayyash de la bouche de Deif lui-même, qui l’a appelé pour l’informer personnellement des nouvelles. Plus tard, Masharawi, avec Deif, Dahlan et le chef du Fatah Sami Abou Samhadana, sont arrivés à l’appartement où Ayyash a été tué.

Après l’élimination, l’AP a tenté d’apaiser les tensions, et Arafat a convoqué une réunion avec Deif. Masharawi a organisé une réunion au bureau de Gaza d’Arafat, mais après la réunion, Deif a maintenu qu’il se vengerait de l’élimination d’Ayyash.

Deif survécu plusieurs tentatives d’élimination par Israël, a vécu dans la clandestinité et a cru être paralysé d’une ou de plusieurs attaques israéliennes.

Il fut la dernière cible d’Israël lors de l’opération Bordure protectrice dans une frappe qui a coûté la vie de sa femme et de son enfant. Le Hamas prétend que Deif a survécu, mais aucun signe de vie n’a été visible depuis l’été.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...