L’AP condamne la Fifa pour avoir cédé à Israël
Rechercher

L’AP condamne la Fifa pour avoir cédé à Israël

La FIFA "n'a pas traité correctement" les plaintes contre Israël déposées par la Fédération palestinienne de football, selon Jibril Rajoub

Khaled Abu Toameh est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Jibril Rajoub, cadre du Fatah et président de la Fédération palestinienne de football à Ramallah, en Cisjordanie, le 12 octobre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Jibril Rajoub, cadre du Fatah et président de la Fédération palestinienne de football à Ramallah, en Cisjordanie, le 12 octobre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Le haut responsable palestinien Jibril Rajoub a attaqué mardi le président de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Gianni Infantino, et l’a accusé de « capituler devant la volonté et l’influence d’Israël ».

Rajoub, qui est à la tête de la Fédération palestinienne de football (FPF), demande depuis longtemps à la FIFA d’interdire aux équipes israéliennes de football de participer à la compétition internationale, car six des équipes des ligues israéliennes sont issues d’implantations de Cisjordanie.

Rajoub, a fait part de ses accusations lors d’une visite à Alger, où il participe à un événement organisé par l’Organisation nationale algérienne des journalistes sportifs, selon le quotidien palestinien Al Quds.

Rajoub s’est plaint que le président de la FIFA « n’a pas traité correctement » les plaintes contre Israël déposées par la Fédération palestinienne de football (FPF).

« L’attitude d’Infantoni est mauvaise et irréaliste et il est soumis à l’influence et à la volonté d’Israël », a accusé Rajoub, selon le journal.

De jeunes Palestiniens avec des cartons rouges et des pancartes « Israël en-dehors de la FIFA » pendant une manifestation contre la Fédération israélienne de football à Hébron, en Cisjordanie, le 28 mai 2015. (Crédit : AFP/Hazem Bader)

Il a affirmé que parce que la Cisjordanie est un « territoire palestinien souverain », les équipes violent l’article 72.2 des Statuts de la FIFA, qui stipule que « les fédérations membres et leurs clubs ne peuvent jouer sur le territoire d’une autre fédération membre sans l’approbation de cette dernière ».

Les six équipes sont basées à Kiryat Arba, Givat Zeev, Oranit, la vallée du Jourdain, Ariel et Maale Adumim.

Les Palestiniens revendiquent toute la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est, qu’Israël a conquis dans la Guerre des Six Jours de 1967, pour un futur état.

Pour sa part, Israël a accusé Rajoub et les Palestiniens d’utiliser le sport comme arme politique.

« Il y a une lettre du secrétaire général des Nations unies qui dit que les ‘colonies de peuplement’ (sic) en Cisjordanie sont illégitimes », a déclaré Rajoub lors de l’événement d’Alger.

Le Tribunal Arbitral du Sport, institution indépendante basée à Lausanne, devrait instruire la plainte de la FPF les 6 et 7 mars.

En mai 2017, le Congrès de la FIFA à Manama (Bahreïn) a retiré de son ordre du jour une motion palestinienne visant à suspendre les six équipes israéliennes.

Plus tard dans l’année, la FIFA, évoquant la « complexité et la sensibilité exceptionnelles » et le caractère « politique » de la question, a annoncé qu’elle ne prendrait pas position sur les six équipes israéliennes.

« Etant donné que le statut définitif des territoires de Cisjordanie relève de la compétence des autorités de droit public international, le Conseil de la FIFA est d’accord pour dire que la FIFA, conformément au principe général établi dans ses Statuts, doit rester neutre en ce qui concerne les questions politiques « , a déclaré la FIFA à l’issue d’une réunion à Calcutta (Inde).

« En outre, il a été convenu que toute ingérence de la FIFA dans le statu quo du football dans les territoires concernés sans le consentement des parties concernées risquerait d’aggraver la situation du football, non seulement dans les territoires en question, mais aussi dans toute la région – ce qui ne serait pas dans le meilleur intérêt du jeu. »

Rajoub a également renouvelé son opposition aux activités sportives entre Arabes et Israéliens. « La normalisation du sport avec des institutions appartenant au gouvernement israélien est un crime », a-t-il déclaré.

Al Quds a également cité Rajoub comme ayant déclaré qu’il avait refusé le « financement conditionnel américain » pour la construction d’installations sportives en Cisjordanie.

Rajoub n’a pas précisé la nature des prétendues conditions américaines. Il n’a pas non plus fourni de détails sur les installations sportives qui devaient être construites en Cisjordanie.

Le haut responsable palestinien a déclaré qu’il préférait le financement fourni par l’Autorité palestinienne à « l’argent sous condition, quelle que soit sa source ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...