L’AP reporte indéfiniment la date des élections municipales
Rechercher

L’AP reporte indéfiniment la date des élections municipales

Cette décision a été prise suite à un arrêt de la Haute cour de Ramallah qui autorisait l'organisation des élections en Cisjordanie uniquement

Un Palestinien glisse son bulletin de vote dans l'urne lors des élections municipales dans la ville d'Al-Bireh, en Cisjordanie, le 20 octobre 2012. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)
Un Palestinien glisse son bulletin de vote dans l'urne lors des élections municipales dans la ville d'Al-Bireh, en Cisjordanie, le 20 octobre 2012. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

L’Autorité palestinienne a suspendu mardi l’organisation des élections municipales, jusqu’à nouvel ordre, un jour après que la Haute Cour de l’Autorité palestinienne a jugé que le vote à venir ne pourrait être organisé qu’en Cisjordanie et non dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas.

Dans le sillage de la décision du tribunal, la commission électorale centrale palestinienne a appelé lundi le président de l’AP, Mahmoud Abbas, à repousser l’organisation des élections municipales d’au moins six mois.

La commission a assuré qu’un retard serait « dans l’intérêt des Palestiniens » à la lumière de la décision de justice, qui a mis fin aux espoirs de pouvoir organiser des élections municipales pour la première dois depuis 2006 qui comprendrait à la fois le Hamas et l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah. Le Hamas avait remporté ces élections, déclenchant un conflit qui a conduit à la guerre quasi-civile à Gaza l’année suivante.

« Le tribunal ordonne la mise en œuvre de la décision du gouvernement sur la tenue d’élections locales », a annoncé le président du tribunal Hisham al-Hatoo lundi devant une salle d’audience bondée dans la ville de Ramallah en Cisjordanie.

Les Palestiniens manifestent devant la Haute Cour dans la ville de Ramallah en Cisjordanie le 21 Septembre, 2016, appelant les autorités à ne pas reporter les élections locales (Crédit : AFP / ABBAS MOMANI)
Les Palestiniens manifestent devant la Haute Cour dans la ville de Ramallah en Cisjordanie le 21 Septembre, 2016, appelant les autorités à ne pas reporter les élections locales (Crédit : AFP / ABBAS MOMANI)

Le Hamas a boycotté les dernières élections municipales palestiniennes en 2012 mais devait participer aux élections de cette année. Il a qualifié la décision du tribunal de lundi « discriminatoire » et a déclaré qu’elle « ratifie la division » entre Gaza, où le Hamas règne, et la Cisjordanie, qui est dominée par son rival, le mouvement Fatah d’Abbas.

Les élections pour élire les conseils municipaux dans 416 villes et villages de Gaza et de la Cisjordanie avaient été initialement fixés pour le 8 octobre. Mais un tribunal palestinien a le mois dernier repoussé les élections jusqu’à au moins le 21 décembre en raison des conflits entre le Fatah et le Hamas sur les listes des candidats, ainsi qu’en raison de l’absence de participation de Jérusalem au vote.

Le premier ministre de l'Autorité palestinienne Rami Hamdallah (à gauche) et l'ancien Premier ministre et dirigeant du Hamas à Gaza Ismail Haniyeh, le 9 octobre 2014 à Gaza (Crédit photo : Said Khatib/AFP)
Le premier ministre de l’Autorité palestinienne Rami Hamdallah (à gauche) et l’ancien Premier ministre et dirigeant du Hamas à Gaza Ismail Haniyeh, le 9 octobre 2014 à Gaza (Crédit photo : Said Khatib/AFP)

Le Hamas a été le seul maître de la bande de Gaza depuis qu’il a expulsé le Fatah dans un coup d’Etat sanglant en 2007. Les deux factions rivales palestiniennes sont à couteaux tirés depuis, malgré de nombreuses tentatives infructueuses de réconciliation.

Selon les sondages d’opinion locaux et les experts politiques, le Hamas – qui jouit d’une popularité inhabituelle en Cisjordanie et qui est soutenu à Gaza – aurait dû connaître une victoire importante pendant ces élections.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...