Lapid ne rejoindra pas un gouvernement Netanyahu si celui-ci est inculpé
Rechercher

Lapid ne rejoindra pas un gouvernement Netanyahu si celui-ci est inculpé

Le chef du parti Yesh Atid promet de ne pas rejoindre un gouvernement de coalition dirigée par le Premier ministre si son inculpation est prononcée

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre des Finances d'alors Yair Lapid au cours d'une conférence de presse au sujet de la réforme des ports israéliens à Jérusalem, le 3 juillet 2013 (Crédit :Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre des Finances d'alors Yair Lapid au cours d'une conférence de presse au sujet de la réforme des ports israéliens à Jérusalem, le 3 juillet 2013 (Crédit :Flash90)

Yair Lapid a déclaré samedi qu’il ne fera pas partie d’un gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu si le procureur général annonçait son intention d’inculper le Premier ministre, même avant la fin du cycle d’auditions.

« Je ne participerai pas à un gouvernement Netanyahu si le procureur général décide de son inculpation, » a-t-il indiqué à Hadashot.

Interrogé pour clarifier s’il refuserait même avant l’organisation d’auditions, il répond : « C’est correct. »

« Je n’ai jamais douté du fait que Netanyahu soit un patriote israélien », explique-t-il. « Mais s’il aime son pays autant qu’il le prétend, il devra partir en cas d’inculpation. »

Netanyahu a juré qu’il ne démissionnerait pas si le procureur général Avichai Mandelblit annonçait son intention de l’inculper, dans l’attente d’une audition, dans l’une ou l’autre des affaires dont il fait l’objet, assurant qu’aucune loi ne l’y obligerait. Des représentants de la justice anonymes l’avaient confirmé, tout en précisant que Netanyahu s’exposait à des problèmes s’il s’y refusait même si une inculpation officielle et finale était décidée au terme du cycle d’auditions.

S’adressant à la Dixième chaîne israélienne en marge d’une conférence sur la justice au début du mois, Mandelblit a indiqué que le Premier ministre n’était pas tenu de démissionner pendant le cycle d’auditions, mais n’a pas précisé s’il prendrait sa décision sur une possible inculpation pendant la campagne électorale.

Le journaliste spécialiste du monde judiciaire d’Hadashot a confié au début du mois que Mandelblit comptait clairement « engager des poursuites » contre Netanyahu, notant que le procureur général avait récemment consulté d’anciens juges et pontes de la justice israélienne au sujet du moment opportun pour faire son annonce. Lors de cette réunion organisée dans un hôtel dans la banlieue de Jérusalem, Mandelblit aurait dit : « il est de notre devoir envers les citoyens israéliens s’apprêtant à se rendre aux urnes d’annoncer une décision [d’auditions] avant les élections. Je ferai tout mon possible pour finir le travail au plus vite. »

Des médias ont rapporté que le procureur allait annoncer sa décision en février. Netanyahu a déjà annoncé qu’il serait injuste de faire cette annonce avant le vote des Israéliens le 9 avril prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...