L’Arabie saoudite condamne le plan d’annexion israélien de la Cisjordanie
Rechercher

L’Arabie saoudite condamne le plan d’annexion israélien de la Cisjordanie

Le royaume indique que l'initiative peut empêcher la reprise des négociations de paix et saper la sécurité régionale, répétant sa fidélité au "peuple palestinien frère"

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) rencontre le roi saoudien Salmane à Ryad, le 7 novembre 2017. (Crédit : Thaer Ghanaim / Wafa)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) rencontre le roi saoudien Salmane à Ryad, le 7 novembre 2017. (Crédit : Thaer Ghanaim / Wafa)

L’Arabie saoudite a exprimé, jeudi, son opposition aux nouveaux plans du gouvernement israélien d’annexer des zones de la Cisjordanie.

Dans un communiqué cité par la chaîne saoudienne Al Arabiya, le ministère des Affaires étrangères a déclaré rejeter toute initiative unilatérale et toute violation des résolutions du conseil de Sécurité de l’ONU dans la mesure où elles empêcheraient la reprise des négociations de paix et qu’elles viendraient saper la sécurité régionale.

Le communiqué a souligné le « positionnement ferme du royaume en faveur du peuple palestinien frère, le soutien de ses choix et l’établissement d’un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale ».

Il a également exprimé son « soutien aux efforts visant à faire avancer les négociations conformément au droit international, à trouver une solution équitable et globale qui répondra aux aspirations du peuple palestinien frère ».

L’Arabie saoudite défend depuis longtemps l’initiative de paix arabe, une proposition faite en 2002 qui verrait les Etats arabes reconnaître Israël en échange d’un Etat palestinien dans toute la Cisjordanie et dans la bande de Gaza – avec des échanges de terres convenus – et avec Jérusalem-Est comme capitale.

Des fans de football sous une bannière affichant les portraits du roi saoudien Salman bin Abdulaziz, au centre, et du prince héritier Mohammed bin Salman, à droite, lors d’un match de qualification de la Coupe du monde entre la Palestine et l’Arabie saoudite dans la ville d’al-Ram, en Cisjordanie, le 15 octobre 2019. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le plan de paix du président américain Donald Trump, sous lequel Israël pourrait annexer les implantations et la Vallée du Jourdain, prévoir qu’environ 30 % de la Cisjordanie passerait sous souveraineté israélienne.

Ce communiqué est venu s’ajouter aux condamnations croissantes des Etats de la promesse du Premier ministre Benjamin Netanyahu de mener à bien l’annexion. Ce projet a été notamment dénoncé par les Emirats arabes unis, alliés de l’Arabie saoudite.

Les relations clandestines ont augmenté, ces dernières années, entre Jérusalem et Ryad. Elles se concentrent principalement sur les questions sécuritaires dans un contexte d’animosité partagée à l’égard de l’Iran.

Toutefois, le roi saoudien Salman reste un soutien fervent des Palestiniens et, l’année dernière, il a réuni en urgence l’Organisation de la coopération islamique pour condamner la promesse faite par Netanyahu d’annexer la Vallée du Jourdain et d’autres secteurs de la Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...