L’armée israélienne saisit des M-16 en Cisjordanie
Rechercher

L’armée israélienne saisit des M-16 en Cisjordanie

Depuis le début de l'année, les forces de sécurité ont confisqué 220 armes à feu et fait fermer 25 ateliers de fabrication d'armes

Un fusil M-16 et une arme artisanale retrouvés par l'armée israélienne durant des raids en Cisjordanie, le 28 août 2017. (Crédit : armée israélienne)
Un fusil M-16 et une arme artisanale retrouvés par l'armée israélienne durant des raids en Cisjordanie, le 28 août 2017. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne a saisi plusieurs fusils M-16 durant des opérations menées à travers toute la Cisjordanie dans la nuit de dimanche à lundi.

Un M-16 a été trouvé dans une maison de la ville palestinienne d’Abu Dis, dans le secteur de Jérusalem, tandis qu’un autre, ainsi que des grenades artisanales, a été découvert dans le village de Bir al-Basha, dans le nord de la Cisjordanie, a fait savoir l’armée.

Les militaires ont déjà saisi la semaine dernière un M-16 ainsi que deux carabines M-4 au cours de raids en Cisjordanie.

L’armée a indiqué avoir confisqué 220 armes à feu illégales en Cisjordanie depuis le début de l’année, et avoir fait fermé 25 ateliers de fabrication d’armement.

Les pièces d'un fusil M-16 trouvées par l'armée israélienne durant des opérations en Cisjordanie, le 28 août 2017. (Crédit : armée israélienne)
Les pièces d’un fusil M-16 trouvées par l’armée israélienne durant des opérations en Cisjordanie, le 28 août 2017. (Crédit : armée israélienne)

Au cours des deux dernières années, les militaires ont réprimé le commerce d’armes au marché noir, arrêtant des trafiquants et faisant fermer des ateliers de fabrication, où seraient assemblées des armes à feu en Cisjordanie.

Ces armes improvisées, souvent de type Carlo, sont peu chères à produire et abondent donc en Cisjordanie. Les armes fabriquées de manière industrielle, et de qualité supérieure, comme les fusils d’assaut M-4 ou M-16, sont bien plus difficiles à obtenir et donc bien plus chères, et leur prix s’élève souvent à des dizaines de milliers de shekels.

Au cours de ces opérations, l’armée israélienne a également arrêté huit Palestiniens soupçonnés d’avoir participé à des émeutes violentes et de s’être livrés à du « terrorisme populaire », un terme utilisé par l’armée pour qualifier des actes de jets de pierres ou de participation à des affrontements.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...