Rechercher

Le BNVCA reproche au maire de Stains son soutien à Salah Hamouri

Le BNVCA reproche à Azzedine Taibi "d’oublier ses obligations d’édile municipal et de se mêler de politique étrangère qui reste de la seule compétence régalienne de l'État"

Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, le 1er octobre 2020. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)
Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, le 1er octobre 2020. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a publié un communiqué vendredi dans lequel il reproche à Azzedine Taibi, maire PCF de la ville de Stains (Seine-Saint-Denis), d’avoir adressé une lettre au ministère des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, afin de lui demander de « taper du poing sur la table » dans le dossier Salah Hamouri.

Le Franco-palestinien Salah Hamouri, inculpé en 2005 pour avoir projeté de tuer le rabbin Ovadia Yosef et pour son appartenance au groupe terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), a vu son statut de résident permanent de Jérusalem être révoqué la semaine dernière, ce qui pourrait conduire à son expulsion d’Israël.

Il avait été fait citoyen d’honneur de la Ville de Stains en 2018.

Le BNVCA reproche ainsi au maire de la ville son soutien à Hamouri, et « d’oublier ses obligations d’édile municipal, trépignant et se mêlant de politique étrangère qui reste de la seule compétence régalienne de l’État ».

L’association demande ainsi au ministère des Affaire étrangères de « recadrer cet élu, qui, une nouvelle fois, outrepasse sa fonction et introduit une polémique inutile et dangereuse pour la paix civile ».

Le BNVCA a également saisi le ministre de l’Intérieur et le Préfet de Seine-Saint-Denis sur cette « dérive malsaine et dangereuse » et « invite le maire de Stains à se soucier de l’état de sa ville, notamment au regard de l’antisémitisme. Les citoyens de confession juive se sauvent de cette ville où l’incitation à la haine d’Israël, poussant à l’acte anti-juif, est affichée sur les murs de la mairie ».

Le BNVCA a publié un autre communiqué vendredi au sujet du site de traduction « MyMemory », l’accusant de proposer, pour illustrer la traduction de la « lie de l’humanité », les expressions : « Les sionistes sont la lie de l’humanité » et « La racaille sioniste est la lie de l’humanité ». « Ces citations, apparaissant en haut de liste, avec leurs traductions, ont été postées en 2018 et sont marquées de cinq étoiles, ce qui marque combien la traduction est appréciée », a écrit l’association. Le site MyMemory compte environ 8 millions d’utilisateurs par mois. Il est utilisé principalement aux Philippines et aux États-Unis et reste inconnu en France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...