Le budget 2018 des allocations pour handicapés augmenté de 2 MDS de shekels
Rechercher

Le budget 2018 des allocations pour handicapés augmenté de 2 MDS de shekels

Salué par le gouvernement comme une "étape historique", le mouvement de protestation estime qu’il s’agit d’un "cadeau joliment emballé avec rien à l'intérieur"

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en compagnie du ministre des Affaires sociales, Haim Katz, lors d'une conférence de presse annonçant une augmentation des allocations pour adultes handicapés, le 3 janvier 2018 (Yonatan Sindel / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en compagnie du ministre des Affaires sociales, Haim Katz, lors d'une conférence de presse annonçant une augmentation des allocations pour adultes handicapés, le 3 janvier 2018 (Yonatan Sindel / Flash90)

Le gouvernement a annoncé ce mercredi qu’il augmenterait les allocations pour adultes handicapés de plus de 2 milliards de shekels (482 millions d’euros) en 2018 – soit près d’un demi-milliard de shekels de plus que prévu – afin de parvenir à un accord avec les militants handicapés qui ont entre autres à plusieurs reprises bloqué la circulation en signe de protestation en 2017.

L’accord, conclu par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre des Finances Moshe Kahlon et le ministre des Affaires sociales Haim Katz, prévoit une augmentation budgétaire de 2,14 milliards de shekels sur l’année – une levée de fonds étant prévue fin janvier et une autre en juin. Le plan initial approuvé le mois dernier prévoyait une augmentation de 1,45 milliard de shekels (346 millions d’euros) sur 2018.

En vertu de l’accord, environ 244 000 Israéliens totalement invalides recevront entre 501 et 701 shekels de plus par mois d’ici la fin de l’année. Jusqu’alors, leurs allocations s’élevaient à 2 342 shekels. L’accord comprend également le versement supplémentaire de 50 millions de shekels (11,9 millions d’euros) spécifiquement pour les personnes aveugles.

« Aujourd’hui, nous apportons de bonnes nouvelles à l’Etat d’Israël et à la population handicapée d’Israël. C’est une étape historique qui prendra effet immédiatement », a déclaré Netanyahu lors d’une conférence de presse.

Katz a qualifié l’accord de « plan amélioré » et a déclaré qu’il s’agissait « d’un pas important vers l’amélioration de la situation pour les personnes handicapées ».

Mais les leaders du mouvement de protestation, qui ont organisé des manifestations dans tout le pays afin de réclamer une augmentation des allocations, soulignent que, si 2018 connaîtra une hausse des allocations plus importante que prévue, la hausse totale du budget sur trois ans reste la même que celle négociée précédemment.

Photo d’une manifestation de personnes handicapées réclamant de meilleurs droits, à Jérusalem, le 25 octobre 2010 (Abir Sultan / Flash 90)

En vertu de l’accord de décembre, les prestations devaient augmenter en quatre étapes, de janvier 2018 à janvier 2021, pour un coût total de 4,2 milliards de shekels (991 millions d’euros). Si l’accord de mercredi décale le deuxième paiement de 2019 à cette année, l’augmentation totale reste la même.

Alex Friedman, qui lancé les manifestations, a déclaré que le nouvel accord était dépourvu de tout progrès significatif.

« Le montant annoncé dans la grande déclaration de ce matin est nettement inférieur à celui qui avait été convenu. Nous ne sommes pas ravis de ce cadeau joliment emballé, mais dans lequel il n’y a rien », a-t-il déclaré. « Nous maintenons notre demande, à savoir l’augmentation des allocations mensuelles au salaire minimum. »

En décembre 2017, le salaire minimum mensuel s’élevait à 5 300 shekels. Le gouvernement s’est engagé à augmenter au maximum ce montant d’ici quatre ans.

Ces derniers mois, des associations de personnes handicapées ont organisé des manifestations qui ont paralysé la circulation. Ils ont ainsi bloqué les carrefours, les autoroutes et les artères principales des différentes villes du pays.

Les manifestations des personnes handicapées ont débuté en mars, quand un comité de la Knesset a rejeté pour la troisième fois un projet de loi visant à augmenter les allocations d’invalidité au niveau du salaire minimum.

Ils ont continué leurs manifestations durant l’été, alors que les membres de la Knesset étaient en vacances. Les manifestations ont pris de l’ampleur ces dernières semaines, provoquant de grands embouteillages quotidiens, plaçant la question dans les priorités du gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...