Le cabinet allège les restrictions de déplacement à 1km de la maison
Rechercher

Le cabinet allège les restrictions de déplacement à 1km de la maison

Le gouvernement approuve l'extension de la zone de déplacement de 500 mètres à 1km à la demande du Comité juridique de la Knesset

Des policiers appliquent un couvre-feu nocturne à l'entrée du quartier de Ramot à Jérusalem le 13 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Des policiers appliquent un couvre-feu nocturne à l'entrée du quartier de Ramot à Jérusalem le 13 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Les représentants du gouvernement ont assoupli les restrictions de déplacement pour le nouveau confinement national. Ils ont annoncé jeudi soir que les citoyens auraient l’autorisation de se déplacer jusqu’à un kilomètre de chez eux, au lieu de 500 mètres, dès le début du confinement vendredi après-midi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le cabinet des ministres ont pris cette décision à la suite d’une demande du Comité de la Constitution, de la Justice et du Droit de la Knesset, qui devait approuver les règles.

Le Cabinet du Premier ministre et le ministère de la Santé ont annoncé ce changement dans une déclaration conjointe peu avant minuit.

Il existe une longue liste d’exceptions à cette restriction sur les déplacements, notamment pour les gens qui vont travailler, acheter des produits essentiels, et aider les personnes âgées ou dans le besoin.

Le confinement doit prendre effet vendredi à 14 heures et être maintenu pendant au moins trois semaines. Israël a désormais l’un des taux d’infection quotidiens par habitant les plus élevés au monde.

Le gouvernement a également publié une liste mise à jour des zones « rouges » à taux d’infection élevés jeudi soir. La liste comprend 88 localités, dont Ashdod, Ashkelon, Beer Sheva, Beit Shemesh, Bnei Brak, Lod, Netanya, Safed, Petah Tikva, Rishon Lezion et certains quartiers de Jérusalem.

Les zones rouges sont soumises à des restrictions plus strictes, notamment en ce qui concerne les rassemblements de prière pendant les fêtes religieuses.

Des hommes juifs ultra-orthodoxes prient dans une synagogue, divisée par du plastique pour endiguer la propagation du coronavirus, dans la ville centrale de Rehovot, le 16 septembre 2020. (Crédit : Gil Cohen-Magen / AFP)

Netanyahu a déclaré jeudi soir que ce nouveau confinement, très impopulaire, était « important » et « nécessaire », et a averti que le gouvernement devra peut-être durcir encore davantage la réglementation.

« Nous avons fait tous les efforts possibles pour tenir compte des conditions sanitaires et des besoins économiques », a-t-il dit, mais la hausse des taux d’infection signifie « qu’il n’y a pas d’autre choix que de renforcer les restrictions. Je n’imposerai pas de confinement sans raison, mais je n’hésiterai pas à ajouter des restrictions si nécessaire.

« Mon obligation et ma responsabilité en tant que Premier ministre ne sont pas seulement de protéger votre santé, mais aussi de protéger votre vie », a-t-il déclaré. Il a ajouté : « Il y a une limite à ce que les équipes de soins sont en mesure de faire [avant que le système ne soit submergé]. »

Il a exhorté le public à « porter des masques et éviter les rassemblements ».

« Plus vous respectez cela, moins il sera nécessaire de prendre des mesures strictes », a déclaré Netanyahu. « Ces deux étapes sont plus importantes que toutes les mesures que nous imposons. »

Il a également déclaré qu’un vaccin contre le virus se profilait « à l’horizon ».

« Nous nous rapprochons de la création d’un vaccin, mais cela va prendre quelques mois avant que ce vaccin n’existe, et un peu plus de temps encore avant de pouvoir en bénéficier. Mais c’est à l’horizon, quelque chose que je n’aurais pas pu vous dire il y a quelques semaines et encore moins il y a quelques mois. »

Du personnel médical du Magen David Adom avec des vêtements de protection devant l’unité coronavirus de l’hôpital Shaare Tsedek à Jérusalem, le 14 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat / Flash90)

Israël a connu une forte augmentation des cas de virus ces dernières semaines, ce qui lui confère l’un des taux d’infection par habitant les plus élevés au monde. Mardi, il a atteint un sommet historique d’environ 5 500 nouveaux cas, un chiffre qui est retombé mercredi à 4 546, selon les données du ministère de la Santé publiées jeudi.

Le chiffre est bien supérieur aux 1 000 cas quotidiens visés par le ministère de la Santé avant d’envisager de lever certaines des mesures de confinement, notamment la restriction des déplacements et la fermeture des sites de loisirs et du système éducatif, entre autres limitations.

Plus de 1 200 personnes sont hospitalisées avec le coronavirus et un record de 577 patients ont été classés dans un état grave jeudi, selon les chiffres du ministère de la Santé. Depuis le début de la pandémie, 176 933 personnes ont été diagnostiquées positives au COVID-19, soit près de 2 % de la population.

En réponse à ces chiffres inquiétants, le gouvernement israélien a approuvé mercredi soir la liste des nouvelles restrictions.

Ces régulations se sont heurtées à l’opposition des Juifs religieux et ultra-orthodoxes, car elles auront un impact sur les offices de prière publics pendant les yamim noraïm, les grandes fêtes religieuses ; sur les entreprises, en raison du manque à gagner ; et sur le grand public, car la fermeture du système éducatif obligera de nombreux parents à ne pas aller travailler pour rester à la maison et garder leurs enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...