Rechercher

Le centre communautaire juif de Cracovie transformé en centre d’accueil de réfugiés

Le directeur exécutif Jonathan Ornstein n’est pas sûr de ce dont les Ukrainiens en fuite auront besoin, mais il se prépare au pire

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Réception par le JCC des dons polonais pour les réfugiés ukrainiens à Cracovie, Février 2022 (Lazar Berman/ Times of Israel)
Réception par le JCC des dons polonais pour les réfugiés ukrainiens à Cracovie, Février 2022 (Lazar Berman/ Times of Israel)

CRACOVIE, Pologne — Jonathan Ornstein, directeur exécutif du centre communautaire juif de Cracovie, a consacré des années à reconstruire la vie juive dans une ville qui était un important centre juif avant la Shoah.

Maintenant, il s’organise pour l’arrivée d’une possible vague de réfugiés ukrainiens.

« Nous n’avons aucune expérience dans ce domaine », a déclaré Ornstein au Times of Israël lundi soir depuis son bureau du centre communautaire.

« Nous construisons un centre communautaire juif. Soudainement, parce que vous êtes impliqué, vous devenez un expert. Mais je ne sais pas  combien de réfugiés sont susceptibles d’arriver ici. Vont-ils venir ou non? De quoi auront-ils besoin ? »

Jonathan Ornstein, directeur du JCC à Cracovie, Pologne Février 2022(Lazar Berman/Times of Israel)

« Je suppose qu’il faut se préparer au pire et espérer le meilleur » dit-il.

La première action du centre communautaire à l’adresse de réfugiés a été de recueillir de l’argent et de la nourriture pour les Afghans expulsés de Biélorussie vers l’Ukraine l’an dernier.

Ni Ornstein, né en Amérique, ni les membres du centre communautaire ne s’attendaient à une invasion russe à grande échelle de l’Ukraine, mais une fois qu’elle a commencé jeudi dernier, la communauté est entrée en action.

« Très rapidement, nous avons compris que nous devions participer », a-t-il dit.
« Pour aider et nous préparer à aider les Juifs et les non-Juifs qui vont traverser la frontière et qui ont besoin de différents services que nous pouvons offrir. »

Banderole d’accueil des réfugiés ukrainiens au JCC à Cracovie, Pologne, Février 2022 (Lazar Berman/Times of Israel)

En tant que point de collecte officiel pour les dons aux réfugiés, le rez-de-chaussée du centre communautaire est jonché de piles de jouets, d’articles de toilette et de nourriture.

Trois jeunes Polonais ont apporté lundi des sacs remplis de vêtements, des drapeaux ukrainiens flottent aux fenêtres du bâtiment, et une banderole écrite en ukrainien indiquant l’accueil aux réfugiés a été placée au dessus du portail d’entrée.

Le centre travaille également avec des partenaires locaux qui sont plus expérimentés pour accueillir les réfugiés, afin de fournir des conseils juridiques et psychologiques.

Parmi les nombreuses organisations qui s’activent dans toute la Pologne, le centre communautaire est unique en ce sens que cet organisme peut accéder aux ressources financières des communautés et institutions juives américaines. Un appel à la collecte de fonds par le centre communautaire est actuellement en cours aux États-Unis.

Des réfugiés ukrainiens arrivent à kla garer routière de Przemysl, en Pologne, le 27 février 2022. (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski)

« En tant qu’institution juive, nous sommes très guidés par l’idée du tikkun olam », a déclaré Jonathan Ornstein, se référant à un concept juif qui signifie « réparer le monde ».

« Nous sommes donc solidaires des communautés opprimées en Pologne », a déclaré Jonathan Ornstein.

Le centre communautaire, qui compte 750 membres et qui accueille une école maternelle, et organise également des évènements pour les survivants de la Shoah, a été transformé du jour au lendemain.

« Au cours des derniers jours, le centre s’est essentiellement attaché à faire le maximum pour soutenir directement les réfugiés ukrainiens », a déclaré Ornstein.

On ne sait toujours pas exactement à quoi ressemblera ce soutien. Le centre a acheté vingt matelas dans l’hypothèse où il devrait fournir aux réfugiés un endroit pour dormir, même si cela n’a pas encore été nécessaire.

« À l’heure actuelle, il y a beaucoup de disponibilités, nous ne sommes pas dépassés », a déclaré Ornstein, qui a servi comme soldat dans l’armée israélienne, avant de rencontrer une Polonaise et de déménager à Cracovie.

Il a dit qu’il voit un inconvénient à l’absence de demande pressante.

« Cela signifie qu’il y a des gens qui essaient de sortir d’Ukraine, et qui ne peuvent pas sortir », a-t-il dit.

Les hommes âgés de 18 à 60 ans ont l’interdiction de quitter l’Ukraine, de nombreuses personnes choisissent de rester plutôt que de laisser un père ou un fils derrière eux.

Les réfugiés qui sont venus chercher de l’aide matérielle ou des conseils entendent parler du centre communautaire principalement grâce au bouche à oreille.

Certains réfugiés se présentent même pour proposer d’être bénévoles au centre communautaire.

Des organisations en Israël ont également contacté Ornstein pour comprendre ce dont il a besoin, et pour offrir d’envoyer des professionnels russophones, y compris des thérapeutes, à Cracovie.

Ornstein a félicité le gouvernement et les instances locales pour la manière dont ils ont organisé l’accueil des réfugiés.

« La Pologne a été formidable. La participation des polonais pour soutenir l’Ukraine a été incroyable », a-t-il déclaré.

« Je suis ici depuis vingt ans », a-t-il dit. « Je suis vraiment positivement ému par la réaction de la Pologne. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...