Le chef des Juifs réformés a exprimé sa « préoccupation » sur les morts à Gaza
Rechercher

Le chef des Juifs réformés a exprimé sa « préoccupation » sur les morts à Gaza

Rick Jacobs a déclaré qu’Israël avait le droit de se défendre et a salué le transfert de l’ambassade, mais a aussi dit que "les choses peuvent se passer autrement"

Un Palestinien transporte un blessé durant des affrontements avec l'armée israélienne entre la bande de Gaza et Israël, à l'est de Gaza City, le 14 mai 2018 (Crédit :  AFP / MAHMUD HAMS)
Un Palestinien transporte un blessé durant des affrontements avec l'armée israélienne entre la bande de Gaza et Israël, à l'est de Gaza City, le 14 mai 2018 (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)

Le rabbin Rick Jacobs, chef des Juifs réformés, s’est dit « alarmé, préoccupé et profondément attristé » par la mort de plus de 50 émeutiers palestiniens à la frontière de Gaza.

« Qu’Israël ait le droit, et même l’obligation, de se défendre et de protéger ses frontières est indiscutable », a déclaré Jacobs, président de l’Union du Judaïsme Réformé, dans un communiqué lundi après-midi. Mais nous sommes alarmés, préoccupés et profondément attristés par le nombre croissante de morts et de blessés à Gaza. Les choses peuvent se passer autrement.. »

Au moins 58 manifestants ont été tués et plus de 2 700 blessés, dans des affrontements avec les forces israéliennes lundi alors que de dizaines de milliers de Palestiniens se sont précipités vers la frontière de Gaza, selon les chiffres fournis par le ministère de la Santé de Gaza sous contrôle du Hamas. Les manifestations sont les dernières en date de la Marche du Retour, une série de manifestations contre Israël à la frontière de Gaza qui ont duré sept semaines et doivent culminer mardi.

Les Palestiniens disent qu’ils protestent contre le siège de Gaza par Israël et pour le droit au retour sur la terre de leurs ancêtres en Israël. Israël dit que son armée répondait à la violence provenant des manifestations, qu’il perçoit comme une menace à la vie et à la propriété de ses citoyens. Les manifestations de lundi s’opposaient aussi à l’ouverture de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem cet après-midi.

Le rabbin Rick Jacobs, à gauche, rencontre Mahmoud Abbas à Ramallah le 9 mars 2017 (Crédit : WAFA)

Jacobs a salué l’ouverture de l’ambassade lundi tout en appelant à renouveler les efforts pour obtenir une paix israélo-palestinienne.

« Nous célébrons aussi l’ouverture de l’ambassade comme une affirmation des liens profonds et durables entre les Etats-Unis et Israël », précisait le communiqué. »Pourtant, nous restons très conscients du manque de progrès vers une solution juste et à long terme pour les Israéliens et les Palestiniens. Nous espérons que les déclarations de l’Administration aujourd’hui sont le début de nouveaux efforts pour ramener les deux parties à la table des négociations. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : AFP/ Menahem KAHANA)

Quand le président Donald Trump a annoncé le transfert de l’ambassade – et la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël – en décembre, la mouvement réformé a publié un communiqué déclarant qu’il « ne peut pas soutenir sa décision de préparer ce transfert maintenant, en l’absence d’un plan global pour un processus de paix », et l’a critiqué pour « certainement exacerber le conflit ».

Le lendemain, à la suite de critiques, Jacobs avait dit dans un communiqué que bien que la décision pouvait « risquer de déstabiliser la région », le mouvement réformé « salue le Président pour avoir affirmé l’importance de faire avancer le processus de paix ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...