Le chef du parti travailliste israélien coupe les liens avec Corbyn
Rechercher

Le chef du parti travailliste israélien coupe les liens avec Corbyn

Gabbay a annoncé mardi qu'il coupait les liens avec le chef du Labour britannique en raison de son "hostilité à la communauté juive"

Jeremy Corbyn, dans le centre de Londres, le 15 septembre 2016. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)
Jeremy Corbyn, dans le centre de Londres, le 15 septembre 2016. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)

Le chef du parti travailliste israélien Avi Gabbay a annoncé mardi qu’il coupait les liens avec le chef du Labour britannique Jeremy Corbyn en raison de son « hostilité à la communauté juive et le laisser-faire face à l’antisémitisme » au sein du parti travailliste britannique.

Dans une lettre adressée au leader de l’opposition britannique, M. Gabbay l’informe que son parti ne peut pas avoir de relations avec lui « alors que vous ne parvenez pas à réagir de manière adéquate à l’antisémitisme au sein du parti travailliste au Royaume-Uni ».

M. Gabbay a néanmoins précisé que les relations entre les deux formations politiques ne seraient pas totalement coupées, mais simplement les relations avec le bureau de Corbyn.

La députée travailliste britannique pro-israélienne Joan Ryan a réagi à la nouvelle en prenant elle aussi à partie Jeremy Corbyn.

Notant que Corbyn « n’avait pas traité de l’antisémitisme au sein du parti travailliste et de votre hostilité envers l’Etat d’Israël », Joan Ryan, députée et présidente du groupe d’amitié Labour-Israël, a écrit à Corbyn qu’elle comprenait la décision du Parti travailliste israélien.

« Je comprends parfaitement pourquoi M. [Avi] Gabbay a pris cette ligne de conduite et j’ai honte que l’un de nos partis frères n’ait d’autre choix que de prendre cette mesure sans précédent ».

Ryan a noté que Corbyn n’avait jamais accepté l’offre de l’ancien dirigeant travailliste israélien Isaac Herzog de se rendre en Israël en 2016.

« Je vous exhorte maintenant à réfléchir à la raison pour laquelle le Labour israélien estime qu’il ne peut pas avoir de relation avec vous. »

Depuis l’arrivée de Jeremy Corbyn à la tête du Labour en 2015, plusieurs membres du parti ont été suspendus, expulsés ou forcés de démissionner pour avoir fait des déclarations antisémites, mais le chef des travaillistes et ses soutiens sont accusés de ne pas en faire assez et de laisser l’antisémitisme se répandre au sein de leur parti.

A LIRE : Les Juifs pourraient fuir le Royaume-Uni si Corbyn était nommé Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...