Le chef du programme nucléaire d’Iran testé positif au COVID-19
Rechercher

Le chef du programme nucléaire d’Iran testé positif au COVID-19

Pour tenter de contrer la progression du virus, les autorités ont annoncé samedi que des amendes seraient imposées aux habitants de Téhéran qui ne respectent pas les consignes

Le vice-président iranien et chef de l'Organisation de l'énergie atomique Ali Akbar Salehi écoute une question lors d'une conférence de presse conjointe avec Miguel Arias Canete, commissaire européen chargé de l'action pour le climat et de l'énergie, au siège de la Commission européenne à Bruxelles le lundi 26 novembre 2018. (AP Photo/Francisco Seco)
Le vice-président iranien et chef de l'Organisation de l'énergie atomique Ali Akbar Salehi écoute une question lors d'une conférence de presse conjointe avec Miguel Arias Canete, commissaire européen chargé de l'action pour le climat et de l'énergie, au siège de la Commission européenne à Bruxelles le lundi 26 novembre 2018. (AP Photo/Francisco Seco)

Le chef du programme nucléaire de l’Iran, Ali Akbar Saléhi, a été testé positif au COVID-19, a indiqué dimanche l’agence officielle iranienne Irna dans un pays où la barre du demi-million de cas dus au virus a été franchie.

Chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), M. Saléhi, qui siège au gouvernement en tant que vice-président, a été testé positif au SARS-CoV-2 le 3 octobre, a précisé l’agence.

Samedi, Mohammad Bagher Nobakht, un autre vice-président, chargé de la planification et du budget, avait annoncé sur son compte Twitter être « sous observation » médicale après avoir contracté la maladie lors « d’une semaine (de travail) chargée ».

Selon Irna, l’état de santé de Saléhi et Nobakht était « bon » dimanche.

Les derniers chiffres du ministère de la Santé en Iran confirment le regain de l’épidémie, manifeste depuis plusieurs semaines.

Le nouveau coronavirus a fait 251 morts supplémentaires entre samedi midi et dimanche à la mi-journée, ce qui constitue un record de mortalité quotidienne.

Et avec 3 822 nouvelles contaminations en 24h, le nombre des personnes contaminées depuis le début de l’épidémie en Iran en février dépasse officiellement désormais la barre des 500 000 cas, a indiqué Sima Sadat Lari, porte-parole du ministère de la Santé.

Au total, a-t-elle ajouté, la pandémie a fait 28 544 morts sur un total de 500 075 personnes infectées en Iran, pays de loin le plus touché au Proche et au Moyen-Orient.

Selon des groupes d’opposition, les chiffres seraient en réalité bien plus élevés.

Pour tenter de contrer la progression du virus, les autorités ont annoncé samedi pour la première fois que des amendes seraient imposées aux habitants de Téhéran qui ne respectent pas les consignes sanitaires, en particulier l’obligation de porter le masque dès que l’on sort de son domicile.

Selon le président Hassan Rohani, cette mesure pourrait être étendue aux autres villes du pays en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...