Le cofondateur de WhatsApp quitte Facebook
Rechercher

Le cofondateur de WhatsApp quitte Facebook

Jan Koum dit qu'il prend congé pour des motifs personnels ; les médias suggèrent des conflits sur l'utilisation des données personnelles qui ont conduit à son départ

Jan Koum, cofondateur de Whats App, lors d'un congrès à Barcelone (Crédit : LLUIS GENE/AFP)
Jan Koum, cofondateur de Whats App, lors d'un congrès à Barcelone (Crédit : LLUIS GENE/AFP)

Le cofondateur de WhatsApp, Jan Koum, a annoncé lundi qu’il quittait Facebook, qui a acheté le service de messagerie pour smartphone il y a quatre ans pour 19 milliards de dollars.

Koum, un immigrant juif ukrainien installé aux États-Unis, a déclaré dans un message sur sa page Facebook qu’il prend congé pour s’adonner à des activités telles que la récupération de Porsche à refroidissement par air, le bricolage de voitures et jouer au ultimate frisbee.

Les médias américains ont indiqué qu’un désaccord avec Facebook au sujet de la confidentialité des données des utilisateurs pourrait également avoir été un facteur dans la décision de M. Koum de quitter son poste de cadre supérieur et de quitter son siège au conseil d’administration du principal réseau social en ligne.

« Cela fait presque dix ans que Brian (Acton) et moi avons créé WhatsApp, et cela a été un voyage fantastique avec des gens formidables », a dit Koum dans le post.

« Mais il est temps pour moi de passer à autre chose. »

Acton a quitté Facebook l’an dernier pour fonder une organisation à but non lucratif.

WhatsApp compte plus de 1,2 milliard d’utilisateurs dans le monde. Le service de messagerie cryptée ne diffuse pas de publicité, alors que Facebook tire d’énormes profits de sa publicité ciblée.

En 2014, M. Koum a expliqué que son engagement en faveur de la vie privée remonte à son enfance en Ukraine et qu’il craignait que sa famille ne soit espionnée par le KGB.

Facebook a acheté WhatsApp sans jamais concevoir une stratégie claire sur la façon dont ce service ferait de l’argent. L’autre cofondateur de Koum et de WhatsApp, Brian Acton, avait exprimé une aversion pour la diffusion d’annonces dans leur application, amenant les analystes à se demander si l’acquisition serait rentable pour Facebook.

Dans une réponse au message de Koum, Mark Zuckerberg, co-fondateur et directeur général de Facebook, a déclaré qu’il regretterait de ne plus travailler en étroite collaboration avec le co-fondateur de WhatsApp.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, témoigne lors d’une audience conjointe du Comité sénatorial du commerce, des sciences et des transports et du Comité sénatorial de la magistrature, le 10 avril 2018 au Capitole, à Washington, DC. (AFP PHOTO / SAUL LOEB)

« Je vous suis reconnaissant pour tout ce que vous avez fait pour aider à connecter le monde, et pour tout ce que vous m’avez appris, y compris en ce qui concerne le cryptage et sa capacité à prendre le pouvoir des systèmes centralisés et à le remettre entre les mains des gens », a déclaré M. Zuckerberg dans sa réponse écrite.

« Ces valeurs seront toujours au cœur de WhatsApp. »

La semaine dernière, WhatsApp a relevé l’âge minimum pour les utilisateurs de l’Union européenne à 16 ans, alors que le groupe se prépare à l’entrée en vigueur, le mois prochain, d’une nouvelle loi sur la protection de la vie privée en ligne.

Dans une mise à jour de ses conditions générales d’utilisation, WhatsApp a déclaré que l’âge minimum pour les utilisateurs en dehors de l’UE était encore de 13 ans.

La société mère de WhatsApp, Facebook, s’est engagée à modifier la manière dont elle traite les données personnelles afin de se conformer à la prochaine modification de la loi.

Mais contrairement à WhatsApp, qui n’appliquera la nouvelle loi qu’à ses utilisateurs européens, Facebook prévoit de déployer des changements pour ses utilisateurs dans le monde entier.

La modification de la loi européenne était déjà prévue avant le récent scandale de la protection de la vie privée impliquant Facebook et Cambridge Analytica.

Zuckerberg a passé la majeure partie du mois dernier sur les retombées des révélations sur le détournement de données personnelles par la société de communication stratégique, cherchant à apaiser les craintes que le colosse californien de l’Internet puisse protéger la vie privée tout en faisant de l’argent en ciblant des publicités basées sur ce que les gens partagent sur eux-mêmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...