Le confinement a peu d’impact sur le trafic; les bus, réduits à 50%, sont bondés
Rechercher

Le confinement a peu d’impact sur le trafic; les bus, réduits à 50%, sont bondés

L'utilisation d'une appli de navigation sur téléphone mobile est en baisse de 18 %, soit à peine la moitié des précédents confinements

Capture d'écran de la vidéo de l'échangeur d'Aluf Sade, le 28 décembre 2020. (Netivei Israël)
Capture d'écran de la vidéo de l'échangeur d'Aluf Sade, le 28 décembre 2020. (Netivei Israël)

Le premier jour du troisième confinement national d’Israël a vu la circulation sur les routes du pays réduite d’à peine la moitié de ce qu’elle avait été lors des deux bouclages précédents, tandis que les bus publics étaient aussi bondés que d’habitude, apparemment en raison de la réduction du service.

Il semble également que le respect du confinement soit inégal parmi les entreprises, dont certaines ont violé les conditions de fermeture.

Le fournisseur de services de téléphonie mobile Pelephone a déclaré qu’entre 6 et 10 heures du matin, il y a eu une baisse de 18 % de l’utilisation de l’application de navigation routière Waze par rapport aux mêmes heures la semaine dernière.

Au cours des premiers jours du confinement de mars, le premier du pays, l’utilisation de Waze a chuté de 50 à 60 %. Un deuxième bouclage, commencé en septembre, a vu l’utilisation de l’application chuter de 30 à 40 %.

Le confinement qui a pris effet dimanche comprend des limitations radicales des déplacements, des lieux de travail et des activités commerciales, mais ne ferme pas les écoles. Les transports publics ont été réduits à la moitié de leur capacité régulière. Bien qu’annoncé pour une période de deux semaines, il est possible que le confinement soit prolongé, et les responsables de la santé ont déjà averti qu’il durerait probablement un mois.

La plupart du trafic routier se situe dans la région centrale, où vit la majorité de la population. Il y a eu des embouteillages sur la route 4, une grande artère nord-sud, et même vers 15h30, avant que l’heure de pointe du soir n’ait commencé, les caméras de circulation ont montré que l’autoroute était encombrée par la circulation.

Les magasins fermés du Dizengoff Center, à Tel Aviv, lors d’un confinement national, le 28 décembre 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Les contrôles de police sur la route se font principalement par le biais de barrages routiers avec des agents qui arrêtent les conducteurs de façon aléatoire pour vérifier s’ils ont le droit d’être sur la route, rapporte Ynet. Pendant les nuits, la police mettra en place 380 barrages routiers dans tout le pays.

Les transports publics, et en particulier les bus urbains, seraient bondés, certains conducteurs sautant des arrêts parce qu’il n’y avait plus de place dans leurs véhicules.

Un passager du bus n°1 qui traverse Tel Aviv a déclaré à Ynet que les bus étaient aussi fréquentés que d’habitude.

« La foule dans les bus est comme un club bondé, juste avec un masque sur le visage », a déclaré au site Hodaya, identifiée uniquement par son prénom. « La situation est la même depuis le début du coronavirus. Je monte dans le bus tous les jours, c’est la même foule. Vous pouvez voir que les gens ont peur, qu’ils sont très stricts sur les masques ».

Elle a insisté pour que davantage de bus soient mis à disposition afin de réduire l’encombrement causé par la limitation du service.

Bien que la circulation des piétons ait été sensiblement réduite, on a vu certaines personnes profiter de l’ensoleillement hors saison sur les places publiques de Tel Aviv et le long des boulevards.

Un certain nombre de cafés de la rue Dizengoff, au centre de la ville, permettent aux clients d’acheter de la nourriture et des boissons en libre-service, violant ainsi les restrictions de confinement, a rapporté la Douzième chaîne. Selon les termes des règles de confinement, les cafés et restaurants sont autorisés à ne fournir que des services de livraison.

Certains points de vente non essentiels sont également restés ouverts, selon le reportage, notamment les détaillants d’articles ménagers Laline et Fox Home au centre commercial de Bilu, près de Rehovot.

En outre, de nombreux stands du marché Mahane Yehuda de Jérusalem sont restés ouverts, selon le reportage.

Capture d’écran d’une vidéo de la place Dizengoff de Tel Aviv, le 28 décembre 2020. (Douzième chaîne)

La commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset, qui peut rejeter ou modifier les réglementations, a donné son approbation finale aux mesures de confinement lundi. Les membres de la Knesset ont voté à 8 contre 7 en faveur du règlement après que le parti national-religieux Yamina s’y est opposé, invoquant la restriction interdisant les plats à emporter dans les restaurants.

En raison du rejet de l’interdiction des plats à emporter, le chef de la coalition du Likud, Miki Zohar, a déclaré que la commission voterait à nouveau sur la question dans une semaine si les taux d’infection diminuent.

Dimanche, le maire de Ramat Gan, Carmel Shama-Hacohen, a annoncé que la municipalité, qui est voisine de Tel Aviv, ne fera pas appliquer la loi sur les restaurants qui proposent de la nourriture à emporter pendant le confinement.

« Il n’y a aucune raison à cette restriction inutile », en particulier dans les villes où le taux d’infection est faible, a-t-il déclaré.

Les règles actuelles de confinement interdisent aux Israéliens d’entrer dans la maison d’une autre personne ; elles limitent les déplacements à un kilomètre de la maison, avec des exceptions, comme pour les vaccinations ; la fermeture des commerces (sauf pour les produits de première nécessité), des loisirs et des divertissements ; la limitation de la capacité des transports publics à 50 % ; et la limitation à 50 % de la capacité des lieux de travail qui ne traitent pas avec les clients en présentiel. Les contrevenants se verront infliger une amende de 500 NIS. Les écoles restent ouvertes.

Le confinement prendra fin le 9 janvier. Les responsables de la santé ont déjà déclaré que le fait de garder toutes les écoles ouvertes pour tous les niveaux d’enseignement prolongera probablement le confinement d’au moins une semaine supplémentaire.

Selon les informations de la Treizième chaîne, des représentants de chefs d’entreprise devraient rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi. Ils devraient demander au Premier ministre de s’assurer que les restrictions imposées à leurs activités ne dureront pas plus de deux semaines.

Le gouvernement est sous pression pour raccourcir la durée du confinement, et un chiffre clé pourrait éventuellement aider à prendre une telle décision – le nombre de reproduction de base, qui représente le nombre moyen de personnes que chaque porteur du virus infecte.

Ce chiffre est resté stable au cours du week-end après avoir augmenté de façon continue au cours des dernières semaines, ce qui laisse espérer que si cette tendance se poursuit, le confinement pourrait être raccourci.

Malgré leurs prédictions pessimistes sur la durée du confinement, les responsables de la santé ont exprimé un certain optimisme sur le fait que le dernier confinement sera le dernier du pays, alors qu’il intensifie la campagne de vaccination de masse qui a débuté la semaine dernière. Les vaccinations, qui ont jusqu’à présent permis d’inoculer jusqu’à 75 000 personnes en une journée, se poursuivront malgré le confinement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...