Rechercher

Le COVID se propage rapidement dans le corps et y reste pendant des mois – étude

Le National Institutes of Health des États-Unis constate que le SRAS-CoV-2 se propage largement, même chez les personnes asymptomatiques

Particules du virus SRAS-CoV-2, à l'origine du COVID-19, isolées d'un patient aux États-Unis, émergeant de la surface de cellules cultivées en laboratoire. (NIAID-RML via AP)
Particules du virus SRAS-CoV-2, à l'origine du COVID-19, isolées d'un patient aux États-Unis, émergeant de la surface de cellules cultivées en laboratoire. (NIAID-RML via AP)

De nouvelles recherches ont montré que le coronavirus SRAS-CoV-2 peut non seulement se propager dans tout le corps et atteindre plusieurs organes en dehors du système respiratoire, mais qu’il peut également y rester pendant des mois après l’infection initiale.

L’étude des Instituts nationaux de la santé des États-Unis a révélé que le virus peut « se disséminer au début de l’infection et infecter les cellules de tout l’organisme ».

Les organes menacés d’infection comprennent le cerveau, les tissus oculaires, les muscles, la peau, les nerfs périphériques ainsi que les tissus des systèmes cardiovasculaire, gastro-intestinal, reproducteur, endocrinien et lymphoïde.

L’étude a été publiée samedi sous forme de manuscrit pré-imprimé.

Un employé d’une unité de soins intensifs COVID avec un malade à l’Institut de cardiologie clinique à Rome, le 30 décembre 2021. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)

Des autopsies ont été pratiquées sur 44 corps de personnes décédées soit du virus, soit après qu’elles ont été infectées par le virus, jusqu’à 230 jours après avoir présenté les premiers symptômes du COVID-19. Le virus a été trouvé dans les 44 corps et dans 79 des 85 zones anatomiques et fluides corporels prélevés.

On a constaté qu’il était largement répandu, même chez les personnes décédées d’autres causes et qui avaient eu un COVID-19 léger ou asymptomatique.

Les infections étaient plus importantes dans le système respiratoire, mais les résultats ont montré que le virus peut « se disséminer tôt au cours de l’infection et infecter des cellules dans tout le corps, y compris largement dans le cerveau, ainsi que dans les tissus oculaires, les muscles, la peau, les nerfs périphériques et les tissus des systèmes cardiovasculaire, gastro-intestinal, endocrinien et lymphatique.

« Nos données soutiennent une phase de virémie précoce », écrivent les chercheurs, en faisant référence à la présence de virus dans le sang, « qui sème le virus dans tout l’organisme après une infection pulmonaire. »

Photo d’illustration : Des poumons infectés par le coronavirus. (Crédit : wildpixel via iStock by Getty Images)

Les résultats peuvent aider à expliquer les cas de ce qu’on appelle le « long COVID », dans lesquels les patients guéris du coronavirus continuent de souffrir d’une série de problèmes de santé longtemps après avoir guéri, sur le papier.

L’étude a été réalisée au cours de la première année de la pandémie, avant que les vaccins ne soient disponibles, et n’a donc pas examiné l’influence de l’inoculation sur la propagation du virus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...