Le crash de l’avion militaire du 24/11 imputé à un décrochage en basse altitude
Rechercher

Le crash de l’avion militaire du 24/11 imputé à un décrochage en basse altitude

L'armée a déclaré que le décrochage ne résulterait pas d'une défaillance technique mais d'un concours de circonstances auxquelles les pilotes n'étaient pas formés

Scène du crash d'un avion près du kibboutz Mishmar Hanegev, le 24 novembre 2020.  (Crédit ; Dudu Greenspan/Flash90)
Scène du crash d'un avion près du kibboutz Mishmar Hanegev, le 24 novembre 2020. (Crédit ; Dudu Greenspan/Flash90)

L’armée israélienne a publié mercredi un rapport final sur le crash aérien durant un entrainement en novembre, et a estimé qu’il y avait « une très forte probabilité » que l’avion avait décroché lors d’une manœuvre à basse altitude, entraînant la perte de contrôle des pilotes.

Ce décrochage ne résulterait pas d’une défaillance technique mais d’un concours de circonstances auxquelles les pilotes n’étaient pas formés, a indiqué l’armée.

Le 24 novembre, Itay Zayden, 42 ans et général de réserve de l’armée de l’air, et Lihu Ben-Bassa, 19 ans et élève officier de l’école de pilotage, ont été tués à bord d’un Grob G 120A, surnommé Snunit en Israël, lorsqu’il s’est écrasé dans un champ près de la ville de Rahat, dans le sud du pays, durant un vol d’entraînement de routine.

Un communiqué de l’armée israélienne a déclaré que les circonstances qui ont précédé le crash, notamment la basse altitude, n’avaient jamais été expérimentées par les pilotes auparavant, mais n’a pas donné de détails. Le constructeur de l’avion et d’autres opérateurs dans le monde n’étaient pas non plus préparés au danger d’un décrochage dans de telles circonstances, a déclaré l’armée.

Les victimes d’un accident d’avion de l’armée israélienne, le 24 novembre 2020 : le commandant Itai Zayden (à droite) et le caporal Lihu Ben-Bassa (à gauche). (Crédit : Facebook)

Les enquêteurs ont noté que les vols à basse altitude font depuis longtemps partie de l’entraînement des forces aériennes, mais que le phénomène qui a conduit l’avion à s’écraser n’avait jamais été rencontré auparavant. Ils ont également déclaré que l’avion avait été bien entretenu avant le vol.

« Les conclusions indiquent que, selon une très forte probabilité, le crash n’a pas résulté d’un problème technique et que l’avion était en état de marche tout au long du vol », indique le communiqué.

Le chef de l’armée de l’air, le général de division Amikam Norkin, a déclaré que les enquêteurs avaient « exploré toutes les pistes » pour déterminer la cause du crash.

« Tout accident peut être évité et les leçons de ce crash seront tirées au sein de l’armée », a déclaré le général Norkin dans le communiqué.

Le rapport est le troisième publié par l’armée depuis le crash, après lequel Norkin a ordonné que la flotte d’avions « Snunit » de l’IAF soit immobilisée pendant plus d’un mois.

Ce crash est le premier incident mortel de ce type depuis 2008, lorsqu’un instructeur et un cadet avaient été tués à bord d’un autre type d’avion d’entraînement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...