Le décompte électoral d’Israël peut-il être falsifié ? Un responsable répond
Rechercher
Analyse

Le décompte électoral d’Israël peut-il être falsifié ? Un responsable répond

Entre problèmes techniques, incohérences dans les résultats de la commission centrale électorale, et même allégations de fraude, voici comment les bulletins de vote ont été traités

Simona Weinglass

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Des Israéliens dépouillent les bulletins de vote encore en attente des soldats et des électeurs de l'étranger au Parlement de Jérusalem, au lendemain des élections générales, le 10 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Des Israéliens dépouillent les bulletins de vote encore en attente des soldats et des électeurs de l'étranger au Parlement de Jérusalem, au lendemain des élections générales, le 10 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Jeudi dernier, deux jours après les élections, Naftali Bennett, le dirigeant de HaYamin HaHadash, a appris que son parti avait perdu par 1 380 voix environ pour siéger à la Knesset et exigé un recompte, suggérant un acte malveillant potentiel. Des sources de son parti sont allées jusqu’à prétendre que les élections avaient été « volées » par le biais d’un décompte corrompu.

Dimanche, la commission centrale électorale a accordé à Bennett l’accès aux bulletins de vote originaux à « double enveloppe » – les votes des soldats et diplomates sur lesquels HaYamin HaHadash avait misé ses derniers espoirs – afin qu’il puisse confirmer de lui-même que le dépouillement était sans équivoque. En même temps, la commission a reproché à son parti d’avoir insinué des actes répréhensibles.

Outre HaYamin HaHadash, plusieurs partis, dont Yahadout HaTorah et Meretz, ont contacté la commission dans les jours qui ont suivi les élections pour dénoncer des irrégularités dans la gestion des urnes, selon eux.

Avec les résultats définitifs des votes ce mardi – et le fait que Yahadout HaTorah ait gagné un siège, le Likud en a perdu un, et HaYamin HaHadash toujours en dehors de la Knesset – Bennett a insisté sur le fait que son parti a été victime de fraude dans le processus du décompte des voix.

Avant la notification officielle et certifiée du décompte des voix au président Reuven Rivlin mercredi, le Times of Israel s’est entretenu avec Giora Pordes, porte-parole de la commission centrale électorale, pour comprendre précisément comment le dépouillement s’est déroulé et s’il y avait un risque de fraude. Nous avons également parlé à trois autres sources bien au fait du processus, dont une qui a travaillé à la saisie des données dans un centre de dépouillement et qui a demandé à rester anonyme.

M. Pordes a expliqué, étape par étape, ce qui s’est passé entre le moment où le premier électeur est entré dans un bureau de vote le 9 avril et celui où le décompte final des voix a été compté et vérifié, et il a détaillé les mesures de protection mises en place pour prévenir la fraude électorale. Il était tout à fait confiant, a-t-il dit, que les résultats définitifs de l’élection que Rivlin recevra mercredi sont en effet un compte-rendu précis des choix du peuple.

Rester honnêtes les uns envers les autres

M. Pordes a commencé par faire remarquer que chaque bureau de vote doit comporter au moins trois préposés, et en compte souvent quatre. (On comptait 11 500 bureaux de vote dans tout le pays mardi, a indiqué M. Pordes, plus 300 autres bureaux de vote à « double enveloppe » pour les soldats, diplomates et autres électeurs de l’étranger). Le premier est le secrétaire de la commission électorale, une personne qui a déclaré qu’elle n’est affiliée à aucun parti et qui est un employé temporaire rémunéré par la commission centrale électorale. Les deux ou trois autres personnes sont le président de la commission électorale, le vice-président et (bien que cela ne soit pas obligatoire) un observateur. Ces deux ou trois derniers agents sont affiliés à des partis politiques différents (bien qu’ils puissent venir de la même partie de l’échiquier politique). Tous les responsables, à l’exception de l’observateur, doivent être présents pour tout vote et tout dépouillement du scrutin. L’idée, explique Pordes, est que chaque agent surveille les autres et s’assure de leur honnêteté. (Selon une source, tous les bureaux de vote n’avaient pas trois fonctionnaires présents ; certains n’avaient qu’un secrétaire et un président. Le Times of Israel n’a pas pu confirmer cette affirmation.)

Pour devenir secrétaire d’un bureau de vote, il faut s’inscrire en ligne, suivre une formation et réussir un contrôle des connaissances, deux tests écrits et un entretien en face à face. « Nous avons neuf commissions électorales régionales », a indiqué  M. Pordes. « Chaque commission décide de la note la plus basse requise pour réussir le test. D’habitude, c’est 80 et plus, mais à Jérusalem, le score minimum était de 86. »

Giora Pordes, porte-parole de la commission centrale électorale d’Israël, se trouve dans une salle de dépouillement des votes à la Knesset, le 14 avril 2019. (Simona Weinglass/Times of Israel)

Chaque bureau de vote compte 300 à 800 électeurs inscrits. Lorsque les électeurs se présentent au bureau de vote le jour du scrutin, les préposés vérifient leur identité, cochent leur nom dans un registre et leur donnent une enveloppe pour voter. L’électeur va dans l’isoloir où il place un bulletin de vote en papier pour le parti de son choix dans une enveloppe, puis sort de l’isoloir et le dépose dans l’urne.

Interrogé sur des rumeurs selon lesquelles, dans certaines localités ultra-orthodoxes, pour des raisons de pudeur, les hommes pouvaient voter au nom de leur femme en présentant leur carte d’identité, Pordes a dit que ce scénario était hautement improbable en raison des trois ou quatre agents qui surveillent tout. « Ce n’est pas possible ; les agents se surveillent mutuellement. »

En fin de journée, à la fermeture du bureau de vote, les trois ou quatre agents présents font le décompte des voix : ils ouvrent l’urne, sortent les enveloppes, retirent les bulletins de vote de l’enveloppe et les contrôlent, enregistrent le nombre de voix pour chaque parti. L’observateur n’est pas obligé d’être présent, mais si les trois autres – le secrétaire, le président et le vice-président – ne sont pas tous présents, même partis aux toilettes, les bulletins de vote ne peuvent être comptés. « Lorsque le bureau de vote ferme, au moins trois personnes doivent être présentes pour le dépouillement : le secrétaire, le président et le vice-président », a dit M. Pordes.

Un Israélien se présente à un bureau de vote pour les élections législatives du 9 avril 2019 dans la ville arabe de Taibe, dans le nord d’Israël. (Ahmad Gharabli/AFP)

Les membres de la commission électorale sont tenus de compter les bulletins deux fois. Puis, au stylo, ils notent le nombre de votes obtenu par chaque parti, ainsi que le nombre total de personnes ayant voté, sur un formulaire papier appelé protocole. « Le nombre de votes pour chaque parti doit correspondre au nombre total de votes. Si ça ne colle pas, ils doivent revérifier les bulletins de vote ».

Une fois le protocole rempli, les bulletins de vote sont remis dans l’urne. Le secrétaire du bureau remet ensuite personnellement le protocole à l’un des 25 centres de dépouillement à travers le pays. Il ou elle « peut le transporter à vélo » si cela lui plaît, dit-il.

Cette partie du processus n’est pas encadrée, a reconnu M. Pordes, de sorte qu’il semblerait que rien n’empêche le secrétaire de trafiquer le protocole en route. (L’urne est également livrée au centre de dépouillement, puis au siège de la commission centrale électorale à la Knesset).

Dans les centres de dépouillement, les employés recrutés par l’intermédiaire d’agences d’intérim vérifient les protocoles pour s’assurer que toutes les rubriques sont remplies correctement, a déclaré au Times of Israel un employé qui a travaillé dans un centre. Ils les photographient ensuite et les numérisent sur un ordinateur comme un document indépendant. Ces employés transmettent ensuite les protocoles à une deuxième équipe au centre – l’équipe de saisie des données de la commission centrale électorale – qui entre les données dans le logiciel de la commission. Ce logiciel, connu sous le nom de système informatique Democratia, a été créé par MalamTeam, une société informatique privée, spécialement pour cette dernière.

Une fois les données saisies, ont indiqué des sources au Times of Israel, elle sont de nouveau vérifiées, puis publiées sur le site internet de la commission, qui fournit des mises à jour continues sur le dépouillement à mesure que celui-ci avance, notamment les totaux des partis, les pourcentages des votes comptabilisés et la répartition par circonscription.

La commission centrale électorale compte les bulletins restants des soldats et des votes par correspondance à la Knesset à Jérusalem, le 10 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

M. Pordes a signalé qu’il avait reçu des plaintes et des accusations d’irrégularités lorsque le décompte des voix d’un bureau de vote situé dans l’implantation de Bat Ayin en Cisjordanie entré dans le système et publié ensuite en ligne a affiché 87 votes pour le parti arabe Raam-Balad. (Des décomptes de voix tout aussi bizarres ont été enregistrés pour plusieurs autres bureaux de vote et publiés initialement sur le site Web de la commission électorale : des cas dans lesquels les partis arabes ont obtenu de bons résultats dans des implantations, ou le Parti travailliste obtenant un score élevé et Yahadout HaTorah un score très faible dans des secteurs ultra-orthodoxes, ou encore le taux de participation dans un bureau de vote dépassant 100 %).

Ce qui s’est passé dans l’affaire Bat Ayin (et probablement aussi dans des cas similaires), a dit M. Pordes, c’est que soit la personne qui a inscrit les chiffres dans le protocole au bureau de vote a inscrit par erreur le décompte de l’Union des partis de droite dans la case du parti Raam-Balad, soit la personne chargée de rentrer les données dans l’ordinateur de la commission s’est trompée en tapant les chiffres. Il ne savait pas lequel des deux cas était concerné. « Cela s’est fait au terme d’une longue journée, ils étaient fatigués. Le préposé du bureau de vote ou le transcripteur a entré le numéro sur la mauvaise ligne ». L’erreur, a-t-il dit, a été corrigée par la suite.

Au centre de dépouillement, toute irrégularité détectée par le logiciel – par exemple, si le nombre de votes pour chaque parti ne correspond pas au nombre total de personnes ayant voté dans un bureau de vote – est signalée. Le problème est ensuite porté à l’attention d’un juge du tribunal de district en poste dans chacun des centres, qui reste en activité toute la nuit pour juger ces cas.

Une page du « protocole » du décompte des voix – remplie à la fin de la journée électorale par les préposés de chaque bureau de vote, puis livrée à l’un des 25 centres de dépouillement dans le pays pour que les résultats soient entrés sur les ordinateurs de la commission centrale électorale. (Autorisation)

Le juge tente alors de déterminer la source de l’irrégularité et décide de la façon dont elle doit être résolue, et le dépouillement est modifié au besoin. Le plus souvent, dans de tels cas, le décompte est faussé parce que les responsables du bureau de vote ont commis une erreur arithmétique de bonne foi, a déclaré au Times of Israel une personne chargée de la saisie des données dans un centre de comptage de la région du Sharon. Des dizaines de ces irrégularités mineures ont été portées à l’attention du juge toute la nuit, a-t-elle ajouté.

Bien qu’il soit concevable qu’une personne chargée de la saisie des données puisse tenter d’entrer délibérément les mauvaises données, cette source a déclaré au Times of Israel qu’il est tenu d’imprimer son travail et de le joindre au protocole manuscrit, et que les représentants de la commission centrale électorale ont fait des tournées pour comparer les données saisies dans le système aux protocoles écrits à la main. (Les protocoles sont ensuite transmis au siège de la commission centrale électorale à la Knesset.)

Les compteurs des bulletins de vote et le personnel chargé de la saisie des données ne sont pas autorisés à apporter leur téléphone dans le centre de traitement des protocoles. Les clés USB des ordinateurs utilisées pour la saisie des données sont enregistrées sur bande magnétique, a déclaré au Times of Israel l’employé qui a saisi les données dans la nuit du 9 avril.

Une fois les chiffres entrés, le système de MalamTeam compte le nombre de votes. Lorsqu’on lui a demandé si un pirate pouvait attaquer le logiciel et modifier les chiffres, M. Pordes a répondu que c’était peu probable, car il s’agit d’un système fermé qui n’est pas connecté à Internet.

Il a dit que si quelqu’un devait saboter le décompte des voix, il aurait dû le faire avant les élections, et le bug aurait dû passer inaperçu aux yeux des employés de l’entreprise.

« MalamTeam a mis en place des mesures de protection contre cela », a-t-il précisé. Lorsqu’on lui a demandé ce que c’était, il a répondu que c’était le problème de la MalamTeam.

Un bug logiciel

Il y a eu un bug informatique majeur le jour de l’élection, a reconnu M. Pordes, mais pas dans le logiciel qui compte réellement les votes.

Pendant la majeure partie de la journée du 11 avril, alors que les votes de la « double enveloppe » avaient été comptés et que tout le dépouillement électoral était terminé mais encore en cours de vérification, le site Internet de la commission centrale électorale affichait HaYamin HaHadash juste au-dessus du seuil des 3,25 % nécessaire pour accéder à la Knesset, avec 138 101 voix soit 3,26 % du vote. Mais en milieu de matinée ce jour-là, un fonctionnaire de la commission avait dit aux journalistes que ce chiffre n’était pas correct et que HaYamin HaHadash n’avait en fait pas dépassé le seuil. Il avait au contraire obtenu un score de 3,22 %, soit 1 380 voix en dessous du nombre nécessaire pour entrer à la Knesset.

Capture d’écran du site Web de la commission centrale électorale montrant le parti HaYamin HaHadash avec 3,26 % des voix le jeudi 11 avril 2019, en fin de matinée. La commission a déclaré que ces informations étaient erronées et que HaYamin HaHadash n’avait en fait obtenu que 3,22 % des voix. Elle a déclaré que le site n’indiquait pas le nombre total exact de votes comptés et qu’il affichait donc des chiffres inexacts pour tous les partis.

M. Pordes a expliqué que cette situation déroutante était le résultat d’un bug logiciel – non pas dans le logiciel de dépouillement lui-même, mais dans l’interface entre le programme qui comptait les bulletins de vote « double enveloppe » et le site Web de la commission centrale électorale.

Ce comptage des « doubles enveloppes » n’a pas été effectué par le logiciel de Democratia, mais plutôt à l’aide d’un système informatique différent, a-t-il indiqué.

Nous avions 11 500 bureaux dans tout le pays, ainsi que 300 autres bureaux de vote à « double enveloppe », a-t-il dit.

Il y a eu 234 000 votes dans ces 300 bureaux de vote supplémentaires, a poursuivi M. Pordes, enregistrés dans un système distinct, et il y a eu un bug dans le logiciel qui a transféré le double comptage sur le site Web de la commission. « Il nous a fallu huit heures pour corriger le bug ; c’est pourquoi nous n’avons publié les bons résultats que jeudi à minuit. Le problème n’était pas dans le comptage, mais dans le transfert des données. Je ne sais pas si vous connaissez la chanson israélienne : ‘Tout ça à cause d’un petit clou‘ ».

En fait, l’écart a perduré plus de huit heures. Il a été constaté vers 10 heures et n’a été corrigé que vers minuit. M. Pordes n’a pas expliqué pourquoi une note avertissant que les chiffres étaient inexacts n’a pas été placée sur le site Web.

Les inexactitudes sur le site ont suscité un flot de plaintes jeudi.

La polémique des caméras

Le jour même de l’élection, des militants payés par le Likud ont déployé 1 200 caméras cachées dans les bureaux de vote des secteurs arabes, ce qui a suscité un tollé pendant toute la journée. Cette opération a été jugée illégale par Hanan Melcer, le juge de la Cour suprême qui a supervisé les élections, et le retrait des caméras a été ordonné. Cette manœuvre a été qualifiée par un député arabe de « terrorisme politique » visant à dissuader les électeurs arabes, dont le taux de participation à ces élections a été nettement inférieur à celui de 2015. Cette opération continue de faire des vagues, une députée arabe ayant fustigé Melcer lundi pour ne pas avoir confisqué le matériel et les vidéos.

Une caméra cachée sur un observateur du Likud, dans un bureau de vote d’une ville arabe, lors des élections du 9 avril 2019. (Crédit : Hadash-Taal)

Interrogé sur les caméras, M. Pordes a répondu avec modération : « Il est normal qu’un des responsables du bureau de vote soit membre du Likud. Après tout, le système est conçu de manière à ce que les préposés des différents partis veillent les uns sur les autres. Certains responsables du Likud ont commencé à prendre des vidéos. On a eu des plaintes. Le juge Hanan Melcer a décidé que photographier à l’intérieur des bureaux de vote n’est pas autorisé, mais qu’en cas d’émeutes, des caméras peuvent être autorisées à filmer, idem pour le processus de décompte. »

En fait, si certaines des caméras ont effectivement été introduites dans les bureaux de vote par des observateurs accrédités du Likud, d’autres ont été retrouvées cachées sur les corps de militants qui n’avaient aucun rôle officiel dans les bureaux de vote. Une société de relations publiques a fièrement assumé la responsabilité de l’opération et a déclaré qu’elle avait été engagée par le Likud.

De son point de vue, a dit M. Pordes, le processus électoral s’est déroulé presque sans incident. « Il n’a pas été nécessaire d’appeler la police, pas de comportement indiscipliné, pas de vol d’urnes », a-t-il dit, énumérant les incidents qui s’étaient produits dans les années précédentes.

Les sources avec lesquelles le Times of Israël s’est entretenu perçoivent une vulnérabilité potentielle dans le décompte des voix si les fonctionnaires d’un bureau de vote se sont entendus aux dépens des partis dont les représentants n’étaient pas présents. La source ayant saisi des données, se fondant sur son expérience personnelle, a déclaré qu’elle considérait que le processus de dépouillement lui-même était protégé de façon sécurisée. En supposant que les juges des tribunaux de district israéliens soient honnêtes, a-t-il dit, le décompte des voix est honnête.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...