Élections : une députée arabe exige que la justice récupère les caméras du Likud
Rechercher

Élections : une députée arabe exige que la justice récupère les caméras du Likud

Aida Touma-Sliman affirme que des preuves fondamentales pourraient être détruites si les caméras n'étaient pas récupérées

Une caméra cachée sur un observateur du Likud, dans un bureau de vote d'une ville arabe, lors des élections du 9 avril 2019. (Crédit : Hadash-Taal)
Une caméra cachée sur un observateur du Likud, dans un bureau de vote d'une ville arabe, lors des élections du 9 avril 2019. (Crédit : Hadash-Taal)

Lundi, la députée du parti Hadash-Taal Aida Touma-Sliman a envoyé une lettre au procureur général Avichai Mandelblit, pour lui demander de faciliter la procédure de récupération de toutes les caméras et autres dispositifs placés par des militants du Likud dans des bureaux de vote arabes le jour de l’élection, la semaine dernière.

Mardi, le Likud a reconnu être à l’origine du placement de 1 200 caméras dans des bureaux de vote dans des villes arabes. Des officiels du parti ont déclaré que c’était dans le but de surveiller ce qu’ils considéraient être des zones à haut risque de fraude électorale.

Selon Touma-Sliman, Hanan Melcer, juge à la Cour suprême et président de la commission électorale centrale, a publié une directive « problématique » le jour de l’élection, laquelle demandait que les caméras soient restituées aux militants du Likud, à condition qu’elles soient remises à la police si une plainte était déposée.

Touma-Sliman estime que la restitution aux militants du Likud des caméras et des éléments enregistrés relevait également de la violation de la vie privée et pouvait conduire à l’effacement de preuves vitales.

Aida Touma-Sliman, députée de la Liste arabe unie, à la Knesset, le 3 juin 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« C’est une décision sans précédent par Netanyahu qui incite directement à la discrimination, cette fois par les actes, pas seulement par les mots », a-t-elle écrit.

Touma-Sliman souhaite que la récupération de caméras ait lieu en parallèle à une enquête d’Avichai Mandelblit sur l’implication du parti du Likud et du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans leur mise en place dans des bureaux de vote. Elle affirme qu’il s’agissait d’une tentative de saper « la légitimité » de la citoyenneté de la communauté arabe.

Jeudi, la députée Meretz Michal Rozin avait également envoyé une lettre au procureur général pour lui demander de « mener une enquête urgente » sur la mise en place de caméras dans les bureaux de vote arabes lors des élections.

« Le Likud a essayé d’empêcher les électeurs de la communauté arabe d’exercer leur droit démocratique, d’une manière qui pourrait constituer une menace », a-t-elle écrit sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...