Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Le déficit budgétaire d’Israël se creuse pour atteindre 0,3 % du PIB en avril

Selon les chiffres, les revenus provenant de l'impôt foncier ont chuté de 49 % ; Smotrich a déclaré que les objectifs de collecte des 4 premiers mois de l'année ont été atteints

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présentant les plans économiques et budgétaires pour 2023-2024, le 28 février 2023. (Autorisation)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présentant les plans économiques et budgétaires pour 2023-2024, le 28 février 2023. (Autorisation)

Le déficit fiscal d’Israël s’est creusé à 0,3 % du PIB, soit 4,9 milliards de shekels, en avril par rapport aux 12 mois précédents, car les recettes fiscales de l’État ont continué à baisser, en raison d’un effondrement de la collecte de l’impôt foncier, selon les chiffres préliminaires publiés par le ministère des Finances lundi.

Cette évolution intervient après que les chiffres de mars ont montré que, pour la première fois en neuf mois, Israël avait enregistré un déficit de 0,01 %, ce qui a incité les économistes à mettre en garde le pays contre la difficulté d’atteindre son objectif de déficit budgétaire pour cette année, alors que l’on s’attend à une baisse continue des recettes fiscales dans un contexte de ralentissement de l’économie mondiale.

À cela s’ajoute la crainte que l’incertitude concernant la réforme du système judiciaire prévue n’entrave l’activité économique locale.

Entre-temps, le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est efforcé d’adopter le budget de l’État pour 2023-2024 avant la date limite du 29 mai, dont 5 milliards de shekels auraient été « détournés » pour répondre aux demandes des haredim dans le cadre des accords de coalition entre les partis ultra-orthodoxes et le Likud.

Les chiffres de lundi montrent que, bien que les recettes totales de l’État aient augmenté modérément pour atteindre 40,6 milliards de shekels contre 40,4 milliards de shekels au cours du même mois de l’année dernière, les recettes fiscales de l’État ont diminué de 5,4 %. Depuis le début de l’année, les recettes de l’État ont généré un total de 161,2 milliards de shekels, soit une baisse de 3,2 % par rapport à la période correspondante de 2022, tandis que les dépenses de l’État ont augmenté de 6,9 %.

Commentant ces données, le ministre des Finances Bezalel Smotrich, qui soutient pleinement les accords de coalition qui permettront d’acheminer des milliards de shekels vers les partis ultra-orthodoxes, a réfuté les appels à la nécessité de rouvrir le budget et de procéder à des coupes.

« Tous les discours sur la nécessité de rouvrir le budget et de faire des coupes, sur la nécessité d’augmenter les impôts, à Dieu ne plaise, ne sont que des mensonges qui font partie d’une campagne médiatique contre le gouvernement et qui visent à effrayer le public », a déclaré Smotrich. « Nous terminons les quatre premiers mois de l’année en atteignant nos objectifs de collecte et même au-delà. »

« Oui, il y a une légère baisse par rapport à 2022, qui a été une année inhabituelle », a-t-il ajouté.

Les recettes fiscales ont chuté de 4,3 % au cours des quatre premiers mois de l’année par rapport à la même période de l’année précédente, les recettes fiscales provenant des transactions immobilières ayant chuté de 35 %, ce qui montre que le marché immobilier israélien en plein essor est en train de se refroidir dans un contexte de taux d’intérêt plus élevés et de ralentissement de l’économie.

Plus particulièrement en avril, le revenu net de l’impôt sur l’immobilier a chuté de 49 % pour atteindre 1 milliard de shekels, contre 1,9 milliard de shekels en avril 2022. Au cours du même mois, les recettes provenant de la collecte des taxes sur l’appréciation des biens immobiliers ont chuté de 56 % et les recettes provenant des taxes sur les achats ont chuté de 45 % par rapport à avril 2022.

À LIRE : L’immobilier baisse enfin, mais les pressions du marché prédisent une future hausse

Les dépenses publiques totales se sont élevées à 37,2 milliards de shekels en avril, contre 32,4 milliards de shekels enregistrés au cours du même mois en 2022. Depuis le début de l’année, les dépenses du gouvernement ont augmenté de 6,9 % pour atteindre un montant cumulé de 143,8 milliards de shekels contre 134,5 milliards de shekels au cours de la même période l’année dernière.

Pour 2024, le ministère des Finances vise un déficit budgétaire de 0,8 % du PIB. En 2022, le gouvernement a enregistré le premier excédent budgétaire en 35 ans, soit 0,6 % du PIB, les recettes de l’État ayant augmenté de 4,8 % pour atteindre 468,5 milliards de shekels, grâce à une hausse exceptionnellement élevée des recettes fiscales.

Israël a affiché des déficits de 4,4 % du PIB en 2021 et de 11,3 % en 2020, le gouvernement ayant introduit un plan de dépenses d’aide économique pluriannuel de 196,3 milliards de shekels pour aider l’économie à faire face à la pandémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.