Le député Said al-Harumi, défenseur des Bédouins du Néguev, décède à 49 ans
Rechercher

Le député Said al-Harumi, défenseur des Bédouins du Néguev, décède à 49 ans

Il est entré dans l'histoire lorsque Raam est entré dans la coalition - bien qu'il n'ait pas voté en faveur, pour protester contre les démolitions dans les communautés bédouines

Le député Said al-Harumi. (Autorisation)
Le député Said al-Harumi. (Autorisation)

Le parti Raam a annoncé que son député Said al-Harumi est décédé tôt mercredi après avoir été transporté d’urgence à l’hôpital Soroka de Beer Sheva suite à une crise cardiaque. Il était âgé de 49 ans.

Al-Harumi, ainsi que ses collègues législateurs du parti islamiste Raam, sont entrés dans l’histoire cette année en devenant le premier parti arabe depuis des décennies à rejoindre une coalition gouvernementale. En juillet, al-Harumi a été nommé président de la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement à la Knesset.

« Que Dieu ait pitié de notre Saïd et l’accompagne en paix », a déclaré Raam dans un communiqué annonçant son décès. « Condoléances à sa famille et au peuple du Néguev. »

Le chef du parti, Mansour Abbas, a déclaré qu’al-Harumi était un « homme politique jeune, intelligent et énergique ».

« Il a toujours cru en sa voie en tant que fils des Arabes du Néguev. La perte est grande », a déclaré Abbas.

Avec son décès, il est probable que la Knesset accueille le retour d’Iman Khatib-Yasin, une féministe autoproclamée et la première députée israélienne portant un hijab, qui a été élue au Parlement en 2020 mais n’avait pas réussi à entrer à la Knesset lors du vote de 2021.

Al-Harumi est originaire du foyer bédouin du désert du Néguev, où des dizaines de milliers de personnes vivent dans des villages non reconnus, essentiellement coupés des services de base, et où les maisons et autres structures ont été construites sans permis légal, ce qui les expose à d’éventuelles démolitions par les autorités israéliennes.

Al-Harumi a passé des années à négocier avec le gouvernement pour faire reconnaître certains des villages bédouins et avait espéré que la décision controversée d’entrer au gouvernement ferait avancer leur cause.

Le député Said al-Harumi parle sur son téléphone portable dans le couloir de la Knesset à Jérusalem, lundi 28 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Cependant, le député a surpris les observateurs plus tôt cette année en refusant de voter avec le reste de son parti sur une motion de confiance qui a permis finalement de former le nouveau gouvernement et de remplacer le leader du Likud Benjamin Netanyahu après plus d’une décennie au pouvoir. Cette décision a été prise en réponse aux démolitions prévues de maisons bédouines dans le Néguev, auxquelles il s’oppose.

Le chef du parti Raam, Mansour Abbas, a déclaré par la suite que le vote de protestation d’al-Harumi avait été coordonné à l’avance et que les dirigeants de la coalition, Naftali Bennett et Yair Lapid, en avaient été informés. Il a ajouté qu’al-Harumi était prêt à soutenir le gouvernement s’il y avait le moindre risque qu’il ne passe pas le vote.

Ces dernières années, Israël a cherché à relocaliser les Bédouins dans des villes établies, affirmant que cela permettrait à l’État de fournir des services modernes et d’améliorer leur qualité de vie. Les Bédouins considèrent ces efforts comme un moyen de les déraciner de leurs terres ancestrales, de perturber leur mode de vie traditionnel et de les confiner dans des communautés appauvries, où règne la criminalité.

Un Bédouin dans le village d’Umm Al-Hiran dans le désert israélien du Néguev. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

« Je veux que les Bédouins arabes du Néguev choisissent leur mode de vie », a-t-il déclaré lors d’une récente interview. « Ceux qui veulent vivre une vie traditionnelle et agricole en tant que Bédouins devraient avoir la possibilité de le faire sur leurs propres terres. Quel est le problème ? »

Al-Harumi a déclaré qu’il espérait profiter à son peuple en s’engageant dans la société israélienne au sens large et en rejoignant le gouvernement,

« C’est une expérience », avait déclaré Al-Harumi. « Pouvons-nous influencer le gouvernement pour qu’il soit bénéfique à notre société et exploiter les conditions politiques qui existent, ou devons-nous rester à l’écart. La chose la plus facile est de rester en retrait et de dire ‘je ne m’impliquerai pas’. »

Mardi, Lapid a adressé ses condoléances à la famille et a déclaré que le nouveau gouvernement avait été formé en partie grâce à al-Harumi.

« Grande tristesse pour le décès prématuré du député Said al-Harumi, qui était un partenaire, et l’une des personnes grâce auxquelles le gouvernement a été formé. Homme du Néguev, qui aimait l’humanité et était convaincu que la société israélienne pouvait être changée », a tweeté Lapid.

Un autre membre du parti, le député Mazen Ghanaim, a déclaré à la radio publique Kan qu’il « aimait cet homme et son style d’expression. Il s’est toujours soucié des habitants du Néguev. Il ne vivait pas pour lui-même, mais pour les autres ».

Le ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, s’est dit choqué par la mort d’al-Harumi. « Ces derniers mois, le député al-Harumi avait été en contact permanent avec moi et mon bureau, offrant des conseils et des idées pour nos plans pour le secteur arabe », a-t-il déclaré.

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, a déclaré qu’elle était attristée par son décès. « Pas plus tard que la semaine dernière, nous nous sommes réunis pour discuter de questions relatives à l’intérieur et à la protection de l’environnement, et nous n’avons pas réussi à les concrétiser. Condoléances à la famille », a déclaré Zandberg.

Le chef de la Liste arabe unie Ayman Odeh s’exprime devant les journalistes devant sa maison à Haïfa le 3 mars 2020. (Flash90)

Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie, a déclaré qu’al-Harumi était « un homme doux et généreux, et un militant courageux et déterminé pour le Néguev ». Le député Ahmad Tibi du même parti a déclaré que sa mort était « une perte douloureuse pour tout le monde, pour le Néguev, pour Raam, pour moi personnellement et pour toute la communauté arabe. »

Le député du Likud David Bitan a également adressé ses condoléances à la famille. « Puissiez-vous ne plus jamais connaître le chagrin », a-t-il tweeté.

Tal Schneider a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...