11 commissions permanentes approuvées à la Knesset
Rechercher

11 commissions permanentes approuvées à la Knesset

Leur composition a été approuvée par un vote de 17-13 ; l'opposition contrôlera 3 commissions ; Nir Orbach dirigera la commission de la Chambre

Des législateurs lors d'une réunion de la Commission des arrangements à la Knesset, le 12 juillet 2021. (Crédit : Noam Moskowitz/ bureau du porte-parole de la Knesset) 
Des législateurs lors d'une réunion de la Commission des arrangements à la Knesset, le 12 juillet 2021. (Crédit : Noam Moskowitz/ bureau du porte-parole de la Knesset) 

La commission des Arrangements de la Knesset a approuvé lundi la composition des 11 commissions permanentes du Parlement, dans un signe de stabilité un mois après la formation du nouveau gouvernement.

La commission de la Chambre de la Knesset sera dirigée par Nir Orbach de Yamina ; la commission des Finances par Alex Kushnir de Yisrael Beytenu ; la commission des Affaires Etrangères et de la Défense par Ram Ben-Barak de Yesh Atid ; la commission des Affaires économiques par Michael Biton de Kakhol lavan ; et la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement par Said al-Harumi de Raam.

L’opposition contrôlera trois commissions : la commission du Statut de la Femme et de l’Egalité des Sexes ; la commission du Contrôle de l’État ; et la commission des Sciences et de la Technologie.

La formation de ces commissions a été approuvée par la commission intérimaire des Arrangements par un vote de 17-13.

Il s’agit d’une nouvelle étape dans la stabilisation de la nouvelle coalition, une alliance improbable de partis de droite, de gauche, centristes et islamistes qui ont de profonds désaccords idéologiques et ne disposent que de la plus petite majorité parlementaire possible.

Dimanche, le parti islamiste Raam a déclaré qu’il mettait fin à sa coopération parlementaire avec la coalition, lui refusant ainsi la majorité. La question a ensuite été résolue peu de temps après, les ministres ayant voté pour déplacer l’Autorité pour le développement et l’installation des Bédouins dans le Néguev du ministère de l’Economie au ministère des Affaires Sociales, comme le souhaitait Raam.

Le renouvellement d’une loi qui régit les exemptions du service militaire pour de nombreux membres de la communauté ultra-orthodoxe est un projet de loi qui pourrait s’avérer être la prochaine crise majeure de la nouvelle coalition.

MK Nir Orbach assiste à la réunion du Comité des dispositions à la Knesset, le 28 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Raam et le parti d’opposition de la Liste arabe unie refusent de soutenir les lois relatives à l’armée, et les partis d’opposition de droite ont refusé de voter en faveur de toute législation de la coalition même s’ils la soutiennent idéologiquement – comme l’extension de l’interdiction faite aux Palestiniens ayant un conjoint israélien d’obtenir la citoyenneté israélienne – dans le but de faire passer le gouvernement pour impuissant.

Un autre défi majeur sera l’adoption du budget de l’État, qui doit être approuvé dans les trois mois suivant la prestation de serment, faute de quoi le gouvernement tombe. La date limite a depuis été repoussée à novembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...