Le Front national a perdu des adhérents en raison de ses problèmes bancaires
Rechercher

Le Front national a perdu des adhérents en raison de ses problèmes bancaires

La Société Générale a clôturé des comptes ; le Crédit du Nord, enjoint par la banque de France d'ouvrir un compte pour le FN, n'a pas permis les entrées par chèque et virements

Marine Le Pen, présidente du Front national (FN), au soir du premier tour des élections législatives, à Paris, le 11 juin 2017. (Crédit : Denis Charlet/AFP)
Marine Le Pen, présidente du Front national (FN), au soir du premier tour des élections législatives, à Paris, le 11 juin 2017. (Crédit : Denis Charlet/AFP)

Le Front national a perdu des adhérents en raison de la clôture de ses comptes bancaires pendant plus de 4 mois, a-t-on appris jeudi auprès de responsables du parti.

Ces responsables n’ont cependant pas confirmé ou infirmé le chiffre de 38 000 adhérents publié jeudi par le Figaro.

« Nous avons subi une baisse (du nombre d’adhérents) liée aux problèmes bancaires. Depuis que l’adhésion en ligne remarche, nous rattrapons le retard », a indiqué à l’AFP le vice-président du FN Steve Briois.

« Cette persécution bancaire a duré plus de quatre mois, soit un tiers de l’année, durant laquelle il était impossible de réadhérer par internet », a-t-il expliqué.

La Société Générale a clôturé plusieurs comptes du FN, avait indiqué en novembre le FN. Le parti avait alors saisi la Banque de France, qui avait enjoint le Crédit du Nord d’ouvrir deux comptes.

Mais la banque nordiste avait refusé au parti de disposer de chéquiers et empêché que les dons puissent se faire par carte bancaire via le site internet du FN, ne permettant les entrées que par chèques et virements.

Les adhésions en ligne n’ont pu reprendre que le 6 mars, soit quelques jours avant le congrès du FN à Lille les 10 et 11 mars.

Au 19 novembre, le FN revendiquait près de 51 500 adhérents à jour de cotisation.

Selon Le Figaro, 38 000 adhérents étaient à jour de cotisation à la veille du congrès.

Ce chiffre a été jugé « vraisemblable » par une source interne au FN.

Outre la clôture des comptes par la Société Générale, la banque HSBC avait fermé le compte personnel de la présidente du FN Marine Le Pen. Cette dernière avait dénoncé une « fatwa bancaire » et une « persécution ».

Le Premier ministre Edouard Philippe avait reçu le 19 décembre Marine Le Pen qui voulait lui exposer ses problèmes bancaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...