Le Hezbollah a « considérablement réduit » ses troupes en Syrie
Rechercher

Le Hezbollah a « considérablement réduit » ses troupes en Syrie

Selon des médias arabes et des sources israéliennes, seule la moitié des 8 000 combattants initiaux est encore en Syrie. Déroute de L'EI et contrôle de l'armée syrienne rétabli

Un char de l'organisation terroriste du Hezbollah est aperçu dans la région de Qara dans la région de Qalamoun en Syrie, le 28 août 2017 (Crédit : AFP / Louai Beshara)
Un char de l'organisation terroriste du Hezbollah est aperçu dans la région de Qara dans la région de Qalamoun en Syrie, le 28 août 2017 (Crédit : AFP / Louai Beshara)

L’organisation terroriste libanaise Hezbollah a considérablement réduit le nombre de ses troupes sur le sol syrien, selon des rapports des médias arabes, confirmés par des sources israéliennes.

Plusieurs estimations indiquent une réduction de près de 50 %, ce qui signifie que 4 000 à 5 000 combattants demeurent sur un total initial de 8 000.

Les analystes libanais affirment que cette réduction fait suite à la défaite du fameux réseau terroriste État islamique dans la majeure partie du pays, au retour de l’armée syrienne dans les anciens bastions de l’EI et à l’amélioration du fonctionnement du gouvernement syrien alors que le président Bashar el-Assad et ses alliés russes réaffirment leur contrôle après une guerre civile de sept ans.

Depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, on estime que le Hezbollah a perdu environ 2 000 combattants, et que quelque 10 000 personnes ont été blessées.

Ces dernières années, l’organisation chiite a fait l’objet de vives critiques au Liban – y compris de la part de la communauté musulmane chiite – pour sa grande implication dans une bataille qui ne s’est pas déroulée sur le sol libanais et qui ne visait pas l’ennemi principal de cette organisation, Israël.

Une affiche à l’effigie de Bashar el Assad et d’Hassan Nasrallah, à Damas le 7 septembre 2017. (Crédit : AFP PHOTO / LOUAI BESHARA)

Dans un article paru mercredi, le quotidien al-Hayat, édité à Londres, cite une source française anonyme affirmant qu’Israël et le Hezbollah maintiennent actuellement un cessez-le-feu informel.

Par le passé, Israël s’est dit préoccupé par le fait que le Hezbollah et son commanditaire iranien tentent de s’implanter dans le sud de la Syrie pour attaquer Israël.

La source a également affirmé qu’Israël craint que le Hezbollah n’ait été considérablement renforcé par les combats en Syrie, malgré la perte d’un grand nombre de ses combattants et le ressentiment suscité dans le pays par son implication dans la guerre.

La foule brandit les drapeaux de l’organisation terroriste libanaise Hezbollah (jaune) et les drapeaux nationaux libanais lors de la Journée de Jérusalem dans le village de Maroun al-Ras, près de la frontière israélo-libanaise, le 8 juin 2018. (AFP Photo/Mahmoud Zayyat)

L’article est paru cinq jours seulement après que le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a insisté sur le fait qu’une « grande victoire » sur « les forces terroristes soutenues par les Etats-Unis et Israël » était proche en Syrie, une déclaration qui a pu être interprétée comme un signal que le Hezbollah se retirerait bientôt de la Syrie.

Nasrallah a déclaré que les groupes rebelles dans la région de Daraa s’effondraient et qu’il s’attendait à ce que de vastes parties du sud de la Syrie soient sous le contrôle du gouvernement « sous quelques jours », car des accords de cessez-le-feu ont été annoncés avec certains de ces groupes.

« Nombre de ces groupes commencent à réévaluer la situation, à demander des arrangements et à conclure des accords de réconciliation », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...