Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Le Liban recule le procès d’un Libano-Américain accusé de collaborer avec Israël

Amer Fakhoury a été arrêté à son arrivée des USA pour une visite à sa famille ; il avait travaillé pour l'armée du Sud-Liban soutenue par Israël pendant la guerre civile libanaise

Une ancienne détenue de la prison de Khiam tient une fausse potence lors d'un sit-in près d'un tribunal militaire où un mandat d'arrêt a été délivré contre Amer Fakhoury, libano-américain, qui a avoué avoir travaillé pour Israël pendant son occupation du Liban pendant presque deux décennies, à Beyrouth, Liban, le mardi 17 septembre 2019. (AP Photo/Bilal Hussein)
Une ancienne détenue de la prison de Khiam tient une fausse potence lors d'un sit-in près d'un tribunal militaire où un mandat d'arrêt a été délivré contre Amer Fakhoury, libano-américain, qui a avoué avoir travaillé pour Israël pendant son occupation du Liban pendant presque deux décennies, à Beyrouth, Liban, le mardi 17 septembre 2019. (AP Photo/Bilal Hussein)

L’agence de presse libanaise National News Agency, gérée par l’Etat, a déclaré jeudi qu’une audience dans l’affaire d’un Libano-Américain accusé de traiter avec Israël avait été reportée en raison de sa maladie.

L’agence de presse libanaise a indiqué que l’audience d’Amer Fakhoury à Nabatiyeh, une ville du sud du pays, avait été reportée au 5 décembre.

Le Liban et Israël sont officiellement en guerre depuis la création d’Israël en 1948. Fakhoury avait travaillé comme directeur principal à la prison de Khiam, dans le sud du Liban, qui était dirigée par une milice soutenue par Israël, connue sous le nom d’Armée du Sud-Liban.

Il a été arrêté après son retour du Liban, son pays natal, après avoir quitté les États-Unis en septembre. Il a été accusé d’avoir torturé et tué des citoyens libanais, a rapporté The Daily Star.

Devant le palais de justice de Nabatiyeh, bastion du groupe terroriste du Hezbollah, des dizaines de personnes, y compris d’anciens détenus de la prison de Khiam, se sont rassemblées devant le bâtiment appelé Palais de justice.

« Le président libanais lui-même et le secrétaire d’État [libanais] ont été les principaux avocats de personnes comme Amer Fakhoury pour qu’elles rentrent en toute sécurité dans leur pays », a déclaré Céline Atallah, avocate de Fakhoury, au The New Hampshire Union Leader à la fin du mois dernier.

« Sa vie est en jeu. Chaque minute passée là-bas est dangereuse pour lui. Les Américains ne devraient pas permettre qu’un citoyen américain dans le monde soit traité de cette façon. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.