Le Liban recule le procès d’un Libano-Américain accusé de collaborer avec Israël
Rechercher

Le Liban recule le procès d’un Libano-Américain accusé de collaborer avec Israël

Amer Fakhoury a été arrêté à son arrivée des USA pour une visite à sa famille ; il avait travaillé pour l'armée du Sud-Liban soutenue par Israël pendant la guerre civile libanaise

Une ancienne détenue de la prison de Khiam tient une fausse potence lors d'un sit-in près d'un tribunal militaire où un mandat d'arrêt a été délivré contre Amer Fakhoury, libano-américain, qui a avoué avoir travaillé pour Israël pendant son occupation du Liban pendant presque deux décennies, à Beyrouth, Liban, le mardi 17 septembre 2019. (AP Photo/Bilal Hussein)
Une ancienne détenue de la prison de Khiam tient une fausse potence lors d'un sit-in près d'un tribunal militaire où un mandat d'arrêt a été délivré contre Amer Fakhoury, libano-américain, qui a avoué avoir travaillé pour Israël pendant son occupation du Liban pendant presque deux décennies, à Beyrouth, Liban, le mardi 17 septembre 2019. (AP Photo/Bilal Hussein)

L’agence de presse libanaise National News Agency, gérée par l’Etat, a déclaré jeudi qu’une audience dans l’affaire d’un Libano-Américain accusé de traiter avec Israël avait été reportée en raison de sa maladie.

L’agence de presse libanaise a indiqué que l’audience d’Amer Fakhoury à Nabatiyeh, une ville du sud du pays, avait été reportée au 5 décembre.

Le Liban et Israël sont officiellement en guerre depuis la création d’Israël en 1948. Fakhoury avait travaillé comme directeur principal à la prison de Khiam, dans le sud du Liban, qui était dirigée par une milice soutenue par Israël, connue sous le nom d’Armée du Sud-Liban.

Il a été arrêté après son retour du Liban, son pays natal, après avoir quitté les États-Unis en septembre. Il a été accusé d’avoir torturé et tué des citoyens libanais, a rapporté The Daily Star.

Devant le palais de justice de Nabatiyeh, bastion du groupe terroriste du Hezbollah, des dizaines de personnes, y compris d’anciens détenus de la prison de Khiam, se sont rassemblées devant le bâtiment appelé Palais de justice.

« Le président libanais lui-même et le secrétaire d’État [libanais] ont été les principaux avocats de personnes comme Amer Fakhoury pour qu’elles rentrent en toute sécurité dans leur pays », a déclaré Céline Atallah, avocate de Fakhoury, au The New Hampshire Union Leader à la fin du mois dernier.

« Sa vie est en jeu. Chaque minute passée là-bas est dangereuse pour lui. Les Américains ne devraient pas permettre qu’un citoyen américain dans le monde soit traité de cette façon. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...