Le Likud a gagné, mais les options de Netanyahu dépendent du décompte final
Rechercher
Analyse

Le Likud a gagné, mais les options de Netanyahu dépendent du décompte final

Dans le système multipartite israélien, cela fait une grande différence si le Premier ministre obtient le soutien de 61, 60 ou 59 des 120 députés de la Knesset

David Horovitz

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Éminents responsables politiques israéliens, dans une photographie composite pour les élections du 2 mars 2020. (Flash 90)
Éminents responsables politiques israéliens, dans une photographie composite pour les élections du 2 mars 2020. (Flash 90)

Alors que le décompte des voix de ces troisièmes élections a fluctué entre la fin de la journée de lundi et une longue partie de celle de mardi, l’arithmétique serrée du système politique multipartite d’Israël a occupé le devant de la scène.

Le décompte final des voix étant encore en cours, il est apparu clairement que le Likud de Benjamin Netanyahu avait remporté plus de sièges que le parti Kakhol lavan de Benny Gantz, mais beaucoup de choses dépendent encore du décompte final définitif.

Alors même que le décompte est en cours mardi, l’équilibre entre le bloc droite-orthodoxe dirigé par Netanyahu et le bloc centre-gauche-arabe d’opposition s’est modifié, parfois assez radicalement. En l’espace de quelques minutes en milieu de matinée, par exemple, Kakhol lavan a réussi à réduire l’écart avec le Likud (avec 72 % des votes comptabilisés), puis le bloc dirigé par Netanyahu est remonté à 60 sièges (avec 81 % des bulletins dépouillés), puis il est retombé à 59 sièges (avec 90 % des votes décomtpés) – d’autres changements sont encore possibles, car les votes des soldats et d’autres seront comptabilisés au cours d’un long processus qui ne prendra probablement pas fin avant mercredi.

La différence entre 61 sièges ou plus pour le bloc dirigé par Netanyahu, une répartition 60-60, et un décompte qui laisse ce dernier avec 59 ou moins est immensément significative.

Soixante-et-un sièges ou plus

Avec 61 sièges ou plus provenant de ceux qu’il appelle ses alliés « naturels » – Yamina de droite et les partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah – Netanyahu aurait la voie facile vers une majorité à la Knesset immensément confortable qu’il n’a pas réussi à obtenir lors des élections d’avril et de septembre derniers. Non seulement il serait reconduit dans ses fonctions de Premier ministre, sans qu’il soit nécessaire de « faire une rotation » avec le leader de Kakhol lavan Gantz – comme l’a proposé le président Reuven Rivlin après l’impasse des élections de septembre – mais il pourrait aussi être tenté d’envisager de demander l’immunité parlementaire ou de soutenir d’autres mesures législatives qui pourraient éviter son procès pour trois chefs d’accusation de corruption, qui doit commencer le 17 mars.

Le chanteur israélien Maor Edri (à droite) parle dans le micro alors qu’il se tient à côté du Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre), de son épouse Sara (à gauche) et du ministre des Affaires étrangères Israel Katz (centre gauche) au siège de la campagne du Likud dans la ville côtière de Tel Aviv, le 3 mars 2020, après la fermeture officielle des bureaux de vote. (Jack GUEZ / AFP)

Netanyahu a insisté la semaine dernière sur le fait qu’il ne chercherait pas à éviter son procès, déclarant qu’il faisait confiance aux juges israéliens pour évaluer le bien-fondé des accusations portées contre lui et reconnaître qu’elles étaient infondées. Et il n’est pas certain que tous ses alliés « naturels » soutiendraient un effort de sa part pour échapper à ses poursuites. Mais 61 sièges ou plus pour son bloc permettraient au moins potentiellement de relancer cette possibilité.

Certains députés du Likud et son porte-parole, Jonatan Urich, parlaient déjà mardi de rallier les transfuges « de l’autre bord » pour atteindre le chiffre magique de 61 si le bloc ne réussit pas à atteindre le décompte final. Mais si la perspective de courtiser des députés déçus du camp de centre-gauche peut être réaliste, une coalition qui s’appuie sur eux pour obtenir une majorité ne lui donnerait probablement pas les voix pour l’immunité.

Une répartition 60-60

Si le décompte final était de 60-60, Netanyahu aurait besoin qu’un ou plusieurs des députés officiellement opposés à lui changent de camp, ou il devrait envisager une sorte d’accord d’unité avec le parti Kakhol lavan de Gantz. Urich a affirmé mardi matin que le Likud était en contact avec « quatre à six » transfuges potentiels et que Netanyahu aurait une coalition majoritaire dans « quelques jours » même si le bloc se retrouve à moins de 61, mais il n’a certainement pas cité de noms, et toutes les recrues potentielles se taisent pour l’instant.

Le dirigeant du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman s’exprime au siège de son parti à Modiin, le soir des élections, le 2 mars 2020. (Crédit : Sraya Diamant/ Flash90)

Avidgor Liberman, le chef d’Yisrael Beytenu dont le refus de rejoindre une coalition Netanyahu en avril a mis Israël sur la voie de ces élections répétées, insiste à nouveau sur le fait qu’il ne rejoindra pas le bloc de droite-orthodoxe, mais promet également qu’il n’y aura pas de quatrième élection. Gantz fait face à un défi : maintenir son alliance disparate et déçue, ayant déjà vu un député, Gadi Yevarkan, quitter le navire pour le Likud juste avant la clôture du dépôt des listes. Orly Levy-Abekasis, membre de l’alliance travailliste-Gesher-Meretz, également déçue, et considérée par beaucoup comme une transfuge potentielle, insiste sur le fait qu’elle ne changera pas de camp. Et Ayman Odeh de la Liste arabe unie au plus haut niveau, mardi matin, a ridiculisé à juste titre l’idée que l’un de ses membres pourrait envisager d’aider Netanyahu de l’extérieur.

Cinquante-neuf sièges ou moins

Si le bloc dirigé par Netanyahu devait se retrouver avec 59 sièges, son Likud aurait quand même réalisé une bonne performance, il serait toujours aux commandes de la coalition, mais son succès ne serait pas la « gigantesque victoire » qu’il a pourtant revendiquée dans un discours tôt mardi matin, et le défi de gagner la confiance de transfuges serait plus difficile.

Le leader du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, s’exprime après la révélation des résultats des sondages de sortie des urnes au siège de son parti, à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit : AP/Sebastian Scheiner)

Ainsi, avec la quasi-totalité des votes effectifs dépouillés à partir de mardi après-midi, Netanyahu et son parti pouvaient définitivement prétendre avoir battu Gantz et son parti Kakhol lavan, mais l’ampleur de la victoire n’est pas encore définitive.

Et la marge de manœuvre de Netanyahu – à la fois pour former sa coalition et pour faire face à ses difficultés juridiques – reste à définir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...