Ryssen condamné pour négationnisme
Rechercher

Ryssen condamné pour négationnisme

Pour contestation de l'existence d'un crime contre l'Humanité et diffamation, l'activiste d'extrême droite écope de 6 000 € d'amende pouvant se transformer en peine de prison

Hervé Ryssen, déjà jugé coupable d'incitation à la haine, était présent le 17 novembre aux manifestations des gilets jaunes (Crédit : capture d'écran YouTube)
Hervé Ryssen, déjà jugé coupable d'incitation à la haine, était présent le 17 novembre aux manifestations des gilets jaunes (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’activiste radical d’extrême droite Hervé Lalin, dit Ryssen, a été condamné mercredi à Paris pour négationnisme à une peine d’amende pouvant se transformer en emprisonnement, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

En octobre 2017, le militant avait publié sur son compte Twitter un montage juxtaposant l’affiche du film « La vérité si je mens 3 », qui présente des personnages souriants ou hilares, et une photo du tristement célèbre portail d’entrée du camp d’extermination nazi d’Auschwitz, orné de l’inscription « Arbeit macht frei », « le travail rend libre ».

Ce tweet n’est plus accessible.

Ce montage « tourne en dérision la Solution finale et insinue que ce camp n’a pas été un lieu d’extermination » et, en le diffusant, le prévenu impute aussi « à la communauté juive dans son ensemble d’avoir menti en inventant l’existence » du génocide, a estimé le tribunal correctionnel dans son jugement.

Pour contestation de l’existence d’un crime contre l’Humanité mais aussi pour diffamation envers la communauté juive, il a été condamné à 120 jours-amende à 50 euros, soit 6 000 euros d’amende pouvant se transformer en jours d’emprisonnement s’ils ne sont pas payés. Condamnation par défaut, puisqu’il n’était ni présent ni représenté à son procès.

Il devra payer 5 000 euros de dommages et intérêts, ainsi que 2 000 euros pour les frais de justice, à la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), à l’origine du signalement à la justice.

Hervé Lalin a déjà été condamné à de nombreuses reprises, notamment pour provocation à la discrimination, injure ou diffamation antisémites.

Le tribunal a noté qu’il n’avait pas payé les amendes simples auxquelles il a déjà été condamné, mais qu’il s’était acquitté en revanche une amende prononcée en 2015 dans le cadre d’une telle peine de jours-amende, beaucoup plus contraignante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...