Le ministère de la Santé prévient du risque de confinement national
Rechercher

Le ministère de la Santé prévient du risque de confinement national

Yuli Edelstein a prévenu que cela pourrait survenir si le nombre de cas quotidiens dépasse les 2 000, alors que plus de 1 600 infections ont été enregistrées en une seule journée

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein 
s'exprime lors d'une conférence de presse sur le coronavirus au ministère de la Santé à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Photo par Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre de la Santé Yuli Edelstein s'exprime lors d'une conférence de presse sur le coronavirus au ministère de la Santé à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Photo par Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a prévenu que le gouvernement pourrait réimposer un confinement national si le nombre quotidien d’infections au COVID-19 atteignait les 2 000 cas, selon un article publié vendredi.

« Si nous atteignons les 2 000 cas par jour, il y aura une lumière rouge clignotante », a déclaré Edelstein à ses collaborateurs, selon une citation de Ynet. « Nous essayons de ne pas en arriver là, mais cela conduira probablement à un confinement généralisé. »

Son commentaire est intervenu après que plus de 1 600 infections ont été enregistrées en l’espace de 24 heures entre mercredi soir et jeudi soir, dépassant le précédent record. Dans ce contexte, le gouvernement a ordonné des confinements sur des quartiers dans cinq villes et municipalités avec d’importants taux d’infections.

Jeudi soir, le directeur général de la Santé Chezy Levy a déclaré que la possibilité d’instaurer un confinement national – comme Israël l’a fait pendant la première vague du coronavirus en mars et avril – « est toujours sur la table ».

Le directeur général du ministère de la Santé Chezy Levy s’exprime lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Flash90)

Levy a expliqué que le gouvernement cherchait à éviter cette option et préférait imposer des restrictions ciblées sur les zones durement affectées par le virus.

« J’espère vraiment que nous n’arriverons pas à un confinement généralisé, et que nous pourrons réduire le nombre d’infections », a-t-il dit.

S’adressant aux Israéliens, il a ajouté : « Nous ne voulons pas atteindre le point de confinement, aidez-nous. Aidez-nous avec votre comportement. »

Vendredi matin, le ministère de la Santé a enregistré 1 586 nouveaux cas de virus depuis jeudi matin, portant le nombre de cas actifs du virus à 16 651. Le nombre total d’infections en Israël a atteint les 35 533 cas, dont 18 532 cas patients guéris. Le ministère a indiqué que 27 996 tests avaient été effectués jeudi, et il a présenté Jerusalem, Tel Aviv-Jaffa, Bnei Brak et Ashdod comme des foyers où plus de gens devaient être testés.

Plus de 1 000 nouveaux cas ont été recensés dans la capitale cette semaine, selon le ministère de la Santé, et plus de 500 à Tel Aviv-Jaffa.

Le ministère a également fait état de deux nouvelles victimes depuis jeudi matin, portant le bilan des victimes du COVID-19 à 350.

Du personnel médical examine un faux patient du coronavirus dans un exercice simulant un traitement au centre médical Zvi à Tzfat le 9 juillet 2020. (David Cohen/Flash90)

Selon les chiffres du ministère, il y a 16 651 cas actifs du virus – 1 586 de plus que jeudi. Cela inclut 124 personnes dans un état grave, dont 39 sous respirateur. 87 autres personnes étaient dans un état modéré et le reste présentait des symptômes légers ou était asymptomatique.

Jeudi également, des quartiers de Jérusalem, Beit Shemesh, Lod, Ramle et Kiryat Malachi ont été déclarés comme « zones restreintes » pour sept jours, à partir de 13h vendredi, selon un communiqué commun du Bureau du Premier ministre et du ministère de la Santé. Les restrictions seront levées à 8h le 17 juillet.

Mardi, l’implantation de Beitar Illit a été déclarée zone restreinte pour sept jours, alors que les infections au coronavirus y ont grimpé en flèche.

Dans les zones restreintes, les entrées et les sorties sont limitées, tout comme la circulation et les activités commerciales à l’intérieur de la zone, précisait le communiqué, sans rentrer dans les détails.

La police installe des barrages routiers dans l’implantation ultra-orthodoxe de Beitar Illit, le 8 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

De nombreux revers dans la lutte contre le virus ont eu lieu ces dernières semaines. Le pays a été placé en confinement national pendant plusieurs semaines au début de l’épidémie, mais Israël avait levé ses restrictions en mai pour réouvrir l’économie.

Le taux actuel d’augmentation des infections hebdomadaires en Israël est l’un des plus forts au monde, selon un graphique publié lundi après-midi par le ministère de la Santé.

Alors qu’il faut quelques semaines pour que l’augmentation du nombre de cas se répercute sur le nombre d’hospitalisations, le ministère de la Santé a demandé jeudi aux hôpitaux de se préparer à un afflux de patients.

Une lettre envoyée par le ministère aux chefs des services hospitaliers les prévenait de s’attendre à une augmentation du « nombre de patients nécessitant une hospitalisation et au besoin de se préparer à l’épidémie, afin de fournir un soin optimal aux patients ».

Des Israéliens portent des masques de protection à Tel Aviv, le 8 juillet 2020.(Miriam Alster/FLASH90)

Dès lors, le ministère de la Santé a recommandé la réouverture des services du coronavirus et que « chaque hôpital opère immédiatement, comme vous en avez déjà reçu l’instruction, une politique de dépistage où chaque patient suspecté [d’avoir] le COVID-19 sera dépisté ».

Lundi, le gouvernement a imposé une série de restrictions pour contenir la nouvelle épidémie, notamment en limitant le nombre de personnes autorisées dans les restaurants et les synagogues, en réduisant le nombre de passagers dans les transports publics, en imposant des amendes pour l’absence de port de masque, en fermant les salles d’événements, les événements culturels, les piscines, les salles de sports, les bars et les discothèques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...