Le ministère des Affaires étrangères marque la journée chinoise des célibataires
Rechercher

Le ministère des Affaires étrangères marque la journée chinoise des célibataires

Le compte officiel de l'Etat d'Israël s'est tourné vers les mères juives pour aider à "trouver ce quelqu'un de si spécial à faire venir chez soi pour les fêtes"

Photo d'illustration : Un couple marche à Jérusalem, au marché Mahane Yehuda, pendant le confinement entraîné par le coronavirus, le 25 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Photo d'illustration : Un couple marche à Jérusalem, au marché Mahane Yehuda, pendant le confinement entraîné par le coronavirus, le 25 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

JTA — Le ministère des Affaires étrangères a endossé le rôle du « sadchan » – l’entremetteur traditionnel juif – en offrant d’aider les usagers des réseaux sociaux à trouver leur moitié en l’honneur de la journée des célibataires qui est organisée en Chine.

Publiant sur le compte Twitter officiel @Israel, le ministère s’est tourné, mercredi, vers les célibataires et les « mères juives partout » dans le monde, leur recommandant vivement de poster leur âge, leur lieu de résidence et leurs activités préférées et promettant de retweeter ces informations aux plus de 665 000 abonnés du compte afin de les aider à « trouver ce quelqu’un de si spécial à faire venir chez soi pour les fêtes ».

Le compte @Israel s’est lancé pour encourager les hésitants, disant qu’il était âgé de 72 ans (le pays a été fondé en 1948), qu’il était de genre « neutre » et qu’il appréciait « les longues promenades sur la plage, l’archéologie, tout ce qui est lié aux technologies et @FaudaOfficial » — la série populaire israélienne.

La journée des célibataires, une fête non-officielle qui a été lancée en Chine au début des années 1990 pour célébrer les personnes seules, a fait fureur, ces dernières années, sur les réseaux sociaux. Elle est devenue une fête commerciale majeure rivalisant avec le Black Friday.

Retweetant la publication d’une abonnée d’Allemagne, le ministère a indiqué que l’Etat juif était « la destination parfaite pour une lune de miel », amenant un autre utilisateur à écrire qu’il « inviterait [son] ex-femme à la lune de miel [qu’ils n’ont] jamais faite à Haïfa ».

« Vous êtes sûr ? », a répondu le ministère.

« Mère juive avec une fille magnifique de 26 ans – meshugenas s’abstenir », a écrit une autre femme dont la publication a été partagée par le ministère, utilisant le terme en yiddish désignant une personnalité bizarre – un clin d’œil à la nature imprévisible des rencontres en ligne.

Répondant au tweet israélien, Matthew Kupfer, rédacteur en chef du journal ukrainien Kyiv Post, a plaisanté en disant que si « l’@Ukraine a un compte Twitter très créatif », il ne pouvait pas seulement envisager que le pays « fasse quelque chose de semblable pour la diaspora ukrainienne ».

Le compte officiel du gouvernement ukrainien @Ukraine a toutefois répondu à son homologue israélien, donnant son âge de « 29 ans (en fait, beaucoup plus vieux que cela mais ne le dites à personne), évoquant l’Europe centrale comme lieu de résidence et ses loisirs comme étant « la bonne gastronomie, les raves parties et le codage ».

Tamar Schwarzbard, cheffe des médias au sein du ministère des Affaires étrangères, a expliqué dans un entretien téléphonique accordé à JTA que son objectif avait été d’atteindre « le plus grand nombre de personnes que possible » et que « si cela implique de se lier aux tendances internet et de faire appel à la jeune génération qui passe la plus grande partie de son temps en ligne, alors nous nous adaptons à ce rôle ».

« J’ai vu ce post publié partout – en particulier dans ce climat où les gens veulent pouvoir se détendre un peu sur internet et veulent voir des posts positifs sur leur fil d’actualité. C’est en plus une manière formidable d’aider le monde entier, d’aider les gens à trouver l’amour », a-t-elle ajouté.

« Beaucoup de gens postent leurs informations et avec ce rôle maternel que nous avons en Israël, nous regardons les différents tweets et nous les retweetons pour pouvoir aider ces gens à trouver leur moitié pour le meilleur, c’est en tout cas ce que nous espérons », a-t-elle continué.

Mais même les tweets les plus anodins peuvent devenir litigieux lorsqu’il s’agit du Moyen-Orient et de nombreux usagers ont écrit des commentaires hautement critiques d’Israël, un grand nombre liés au conflit avec les Palestiniens.

« Occupation : Palestine », a écrit un usager.

« Lieu de résidence : n’existe pas », a répondu un autre.

« Loisirs : commettre des crimes de guerre », a dit un troisième.

@Israel n’est pas le seul compte officiel israélien à adopter les mèmes ou le sarcasme sur internet. L’année dernière, l’armée israélienne avait « trollé » le compte du leader du Parti travailliste britannique de l’époque, Jeremy Corbyn, qui avait partagé un message émis pour Pessah avec l’image d’une tranche de pain – un aliment spécifiquement interdit lors de la fête.

Un autre post de Tsahal, qui avait été repartagé presque 900 fois, avait présenté une vidéo surfant sur la vague des messages auto-générés par Facebook à l’occasion des anniversaires de ses usagers. Dans la version militaire, les membres de plusieurs groupes terroristes souhaitaient un bon retour à Qassem Soleimani, chef des forces iraniennes al-Quds, qui a été assassiné au début de l’année, autour d’un gâteau qui explosait à la fin du clip.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...