Le Mossad a réussi son opération avec des agents iraniens « sur le dos »
Rechercher

Le Mossad a réussi son opération avec des agents iraniens « sur le dos »

Des reportages télévisés indiquent qu'Israël a utilisé de vastes infrastructures opérationnelles en Iran; des rapports non confirmés d'arrestations massives après l'effraction

Un entrepôt à Shorabad, dans le sud de Téhéran, où des agents du Mossad ont découvert et extrait des dizaines de milliers de dossiers secrets concernant le programme d'armes nucléaires de l'Iran (Cabinet du Premier ministre).
Un entrepôt à Shorabad, dans le sud de Téhéran, où des agents du Mossad ont découvert et extrait des dizaines de milliers de dossiers secrets concernant le programme d'armes nucléaires de l'Iran (Cabinet du Premier ministre).

Les agents de l’agence d’espionnage israélienne Mossad ont fait sortir clandestinement de la République islamique d’Iran des centaines de kilos de documents papier et de fichiers numériques sur le programme d’armes nucléaires clandestin de l’Iran avec des agents iraniens « sur le dos », a rapporté la chaîne de télévision Hadashot mardi soir, sur la base de comptes rendus de responsables israéliens.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a révélé l’opération lundi en présentant les documents dans une intervention visant à prouver que l’Iran a menti au sujet de son programme secret d’armes atomiques.

L’opération nécessitait une infrastructure opérationnelle étendue sur le territoire iranien, a indiqué Hadashot.

L’entrepôt de stockage des archives était situé dans la banlieue de Shorabad, dans le sud de Téhéran, dans une zone industrielle. Le Mossad a découvert l’entrepôt en février 2016, et avait placé le bâtiment sous surveillance depuis lors. Avant d’arriver sur le site, les archives secrètes avaient été déplacées plusieurs fois par les autorités iraniennes dans le but de garder le secret sur leur localisation.

À la fin du mois de janvier de cette année, les agents du Mossad ont reçu des informations précises les dirigeant vers certains coffres-forts dans un conteneur spécifique à l’intérieur de l’entrepôt. L’équipe est ensuite entrée par effraction, a pris les dossiers et les a transférés dans un autre endroit.

Des coffres-forts dans un entrepôt à Shorabad, dans le sud de Téhéran, où des agents du Mossad ont découvert et récupéré des dizaines de milliers de dossiers secrets concernant le programme d’armes nucléaires de l’Iran (Cabinet du Premier ministre).

De là, une opération d’exfiltration complexe a commencé.

Selon Hadashot, les responsables iraniens se sont rendu compte de l’opération avant que les dossiers ne sortent du pays. Les agents du Mossad ont réussi à faire sortir clandestinement les documents de l’Iran avec les autorités « sur le dos », qui les recherchaient.

Selon un rapport du New York Times, lundi, des agents sont entrés par effraction dans le bâtiment, ont pris les documents et les ont ramenés en Israël en une nuit.

Le ministre du Renseignement, Yisraël Katz, a déclaré mardi que l’opération était sans précédent dans l’histoire d’Israël.

« Lorsque l’idée de l’opération a été présentée pour la première fois, je ne pensais pas qu’ils y parviendraient », a-t-il déclaré au site d’information Ynet. « Ils ont réalisé quelque chose d’inédit. Ils ont pris des tonnes de documents officiels et les ont amenés ici. »

L’entrepôt était administré par l’Organisation du Renseignement de l’Armée des Gardiens de la Révolution Islamique, créée en 2009 par le Guide suprême iranien Ali Khamenei et dirigée par Hossein Taeb, religieux chiite iranien et militaire.

Ehud Ya’ari, le spécialiste du monde arabe de Hadashot, a déclaré que les responsables occidentaux sont convaincus que Taeb et d’autres responsables qui avaient la garde des dossiers top secrets qui ont été volés, risquent gros.

Zvi Yehezkeli, correspondant de la Dixième chaîne d’information pour le monde arabe, a déclaré mardi que les autorités iraniennes avaient lancé une vague d’arrestations après les révélations de Netanyahu et que les responsables pourraient être exécutés.

Hadashot a ajouté que, bien qu’Israël ait tenu à fournir les données qu’il a obtenues aux États-Unis, à l’Europe et à d’autres alliés, son principal public pourrait être l’Agence internationale de l’énergie atomique. Les dirigeants israéliens ont l’intention de démontrer à cette institution la profondeur de la tromperie iranienne et de lui révéler le tissu de mensonges sur lequel Téhéran a conclu son accord nucléaire avec les puissances mondiales en 2015.

Hadashot a déclaré que la décision de rendre public le contenu du vol de renseignements a été prise lors d’une réunion entre Netanyahu, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, le chef du Mossad Yossi Cohen, Gadi Eizenkot, chef d’état-major de Tsahal, et Tamir Hayman, chef de la Direction du renseignement militaire.

Tous se sont dits d’accord pour que les données soient rendues publiques avec « le plus grand bruit possible ».

Netanyahu est passé lundi soir à la télévision pour présenter les dossiers dérobés, affirmant qu’il s’agissait des archives iraniennes prouvant que Téhéran a travaillé au développement d’un arsenal nucléaire et a effrontément menti à la communauté internationale à ce sujet – des faits qui, selon le Premier ministre, ont totalement sapé la légitimité de l’accord nucléaire de 2015 entre Téhéran et six puissances mondiales.

Le président américain Donald Trump a jusqu’au 12 mai pour décider si les États-Unis doivent se retirer de cet accord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...