Le nombre d’incidents antisémites chute de 22 % au Royaume-Uni
Rechercher

Le nombre d’incidents antisémites chute de 22 % au Royaume-Uni

L’organisation de sécurité de la communauté a compté 924 incidents en 2015, contre 1 179 en 2014

Un juif ultra-orthodoxe devant la synagogue Ahavas Torah, à Stamford Hill, dans le nord de Londres, le 22 mars 2015. Illustration. (Crédit : Niklas Halle'n/AFP)
Un juif ultra-orthodoxe devant la synagogue Ahavas Torah, à Stamford Hill, dans le nord de Londres, le 22 mars 2015. Illustration. (Crédit : Niklas Halle'n/AFP)

Le nombre d’incidents antisémites documentés en Grande-Bretagne l’année dernière a diminué de 22 % par rapport au nombre historique de 2014, a annoncé l’association regroupant les services de sécurité de la communauté juive.

Le Community Security Trust (CST) a compté 924 incidents antisémites en 2015 contre 1 179 incidents enregistrés l’année précédente, a écrit l’association dans son rapport annuel, publié jeudi.

Pourtant, le chiffre de 2015 est le troisième plus haut enregistrés par le CST en plus de 30 ans d’activité de surveillance de l’antisémitisme en Grande-Bretagne. Le second chiffre le plus important a été enregistré en 2009, avec 931 incidents.

Sur les incidents de 2015, 86 étaient des agressions violentes (9,3 %).

En 2014, les 81 agressions violentes représentaient 6,8 % des actes totaux. Toutes les autres catégories, y compris les menaces et les discours haineux ont également déclinées en comparaison à 2014, quand une guerre entre Israël et Gaza a eu lieu pendant l’été.

Sur les 85 cas de violence, quatre ont été catégorisés comme extrême parce qu’ils ont entraîné des lésions corporelles graves ou une menace de mort. Dans un cas, un adolescent juif de 17 ans a été battu jusqu’à en être inconscient dans une gare de Manchester.

CST a enregistré un incident de violence extrême en 2014, et aucun en 2013.

La catégorie des « comportements abusifs » compte 685 incidents en 2015, y compris des abus verbaux, des lettres de haine, des graffiti et des discours haineux sur les réseaux sociaux.

686 incidents supplémentaires ont été enregistrés par le CST mais ne semblaient pas antisémites et n’ont donc pas été inclus dans le rapport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...