Le paracétamol, la grossesse et les risques d’autisme et de TDAH – étude
Rechercher

Le paracétamol, la grossesse et les risques d’autisme et de TDAH – étude

Des chercheurs israéliens ont regroupé des données sur plus de 130 000 mères et enfants et relevé une hausse du risque dans le cas d'usage prolongé de l’acétaminophène très répandu

Illustrations de médicaments (Crédit : Pixabay/CC0 Domaine public)
Illustrations de médicaments (Crédit : Pixabay/CC0 Domaine public)

Une vaste étude israélienne a relevé que les mères qui ont recours à un antalgique spécifique durant la grossesse s’expose à un risque accru de donner naissance à un enfant atteint d’autisme ou de troubles de l’attention (TDAH).

La méta-analyse, menée par une équipe de chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem a publié mardi un article dans l’American Journal of Epidemiology, qui montre que l’exposition à l’acétaminophène – aussi connu sous le nom de paracétamol – pendant la grossesse est associé à une augmentation de 30 % du risque relatif du trouble déficit de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH) et une augmentation de 20 % du risque relatif de présenter un trouble du spectre autistique (TSA), comparé aux femmes n’ayant pas eu recours à l’acétaminophène durant la grossesse.

L’acétaminophène est l’un des médicaments les plus utilisés dans le traitement de la douleur et/ou de la fièvre, et est considéré comme relativement efficace et bien toléré. La dénomination commerciale varie entre les pays. En Israël, le médicament est vendu sous le nom d’Acamol ou dexamol. En France, il s’agit du paracétamol.

Les chercheurs, dirigés par le docteur Ilan Matok, ont déclaré qu’il s’agissait de la première meta-analyse et « l’étude la plus approfondie jamais réalisée » sur l’éventuelle corrélation entre la consommation prolongée d’acétaminophène durant la grossesse et le risque de TSA ou de TDAH. L’étude longitudinale couvrait 132 738 paires mère/enfant, avec un suivi sur une période allant de 3 à 11 ans.

Illustration d’une femme enceinte (iStock by Getty Images)

Cependant, la prudence reste de mise, selon les universitaires, au regard des limites des études existantes sur lesquelles la méta-analyse repose.

« Les chercheurs pensent que les résultats doivent être interprétés avec prudence, parce qu’ils peuvent être inutilement anxiogènes pour les mamans », a déclaré l’Université hébraïque dans un communiqué. « Il est important de comprendre que la douleur et la fièvre durant la grossesse peuvent avoir un effet néfaste sur le développement du fœtus et l’acétaminophène reste un médicament sûr durant la grossesse. »

« Par conséquent, si une femme enceinte présente des douleurs et/ou de la fièvre, l’acétaminophène peut être administré pendant une période restreinte. Si la fièvre et/ou la douleur persiste, un praticien devra être consulté », poursuit le communiqué.

Les éléments mettant en évidence les propriétés perturbatrices du système nerveux de l’acétaminophène s’accumulent. Des études préalables ont montré que l’administration à long terme de faibles doses d’acétaminophène peuvent affecter le développement du système nerveux du fœtus, et cet effet n’est visible que bien après l’exposition au médicament, durant l’enfance.

L’examen systématique et la méta-analyse ont été dirigés par le docteur Matol, de l’Institute for Drug Research de l’école de Pharmacie de la Faculté de Médecine de l’Université hébraïque de Jérusalem, avec le doctorant Reem Masarwa, le docteur Amichai Perlman et le docteur Hagai Levin de l’Université hébraïque de Jérusalem et du centre hospitalier Hadassah.

« L’observation de l’augmentation du risque était faible et les études existantes présentent certaines limites », a déclaré Matok.

« Bien que le recours aux médicaments non-nécessaires pendant la grosse doive être évité, nous estimons que les résultats de notre étude ne doivent pas altérer les pratiques actuelles, et il n’y a pas lieu de s’abstenir de consommer à court terme de l’acétaminophène lorsque les données cliniques l’imposent. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...