Le parlement italien veut interdire la propagande fasciste
Rechercher

Le parlement italien veut interdire la propagande fasciste

Un projet de loi ayant pour objectif de mettre hors la loi le salut nazi ou la distribution d'images d'extrême-droite imposerait des peines de prison pouvant aller jusqu'à deux ans

Des bouteilles de vin avec des étiquettes à l'effigie de Mussolini, de Hitler, de Lénine et de Staline dans un magasin du centre de Rome, le 14 septembre 2017. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
Des bouteilles de vin avec des étiquettes à l'effigie de Mussolini, de Hitler, de Lénine et de Staline dans un magasin du centre de Rome, le 14 septembre 2017. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

Le parlement italien a proposé une législation interdisant la propagande fasciste, suite à l’augmentation du sentiment anti-migrant et à la recrudescence de l’extrême-droite dans le pays.

La Chambre basse du parlement a approuvé mardi le projet de loi proposé par le parti démocrate italien, qui rendrait illégaux le salut nazi ou la distribution d’images fascistes ou nazies, a rapporté l’agence Reuters.

Une telle propagande n’était interdite auparavant que si elle visait à appuyer la renaissance du parti national fasciste qui était dirigé par le dictateur Benito Mussolini et a été dissous en 1943.

Les formations d’opposition ont exprimé leur inquiétude que ce nouveau projet de loi ne vienne entraver la liberté d’expression.

Emanuele Fiano, député italien juif du Parti démocratique et fils d'un survivant de la Shoah.(Crédit : autorisation )
Emanuele Fiano, député italien juif du Parti démocratique et fils d’un survivant de la Shoah.(Crédit : autorisation )

Une préoccupation rejetée par Emanuele Fiano, l’auteur de cette législation.

« Ce projet de loi n’attaque pas les libertés personnelles mais elle freinera les discours repris par les néo-nazis et le retour de l’idéologie d’extrême-droite », a-t-il dit.

La sanction pour la vente, par exemple, d’une petite statuette à l’effigie de Mussolini connu sous le nom d’Il Duce pourrait s’élever à une peine d’emprisonnement maximum de deux ans.

Le projet de loi sera étudié par le Sénat, mais en raison d’un calendrier chargé, il est peu probable que la Chambre haute le vote avant la fin de la session actuelle.

Mussolini a dirigé l’Italie à partir de 1922 et jusqu’à son exécution en 1945. Il a gouverné le pays dès 1925 comme une dictature et s’est aligné sur l’Allemagne de Hitler pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Pour certains italiens, Mussolini reste un héros, et il existe des sites de commémoration en son nom dans tout le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...